Niger : Vers l’adoption de la Convention collective professionnelle des médias !

Le Ministre de la Communication, Chargé des Relations avec les Institutions, M. Zada Mahamadou, a présidé, ce vendredi 16 juillet 2021 dans la Salle de Conférences de la Maison de la Presse à Niamey, une rencontre avec les responsables et promoteurs des médias publics et privés sur le processus devant conduire à la signature de la convention collective professionnelle des médias.

Cette rencontre sera « la toute dernière du genre, puisque quatre Ministres de la Communication avaient légitimement fondé l’espoir, en tentant de faire aboutir les négociations en vue de l’adoption de cette convention », a dit le Ministre de la Communication face aux promoteurs des médias.

Le Ministre Zada a ensuite rendu un hommage appuyé à ses prédécesseurs pour tous les efforts consentis qui « nous ont permis de nous retrouver aujourd’hui pour poursuivre et faire aboutir ce que les Ministres qui se sont succédés ont vaillamment et ardemment réalisé ».

Ces assises proposent particulièrement aux représentants des employeurs, employés et syndicats une démarche participative sous l’égide de la Maison de la Presse, en rapport avec les partenaires sociaux. Une feuille de route consensuelle doit être présentée dans un délai d’une semaine (notamment sur les questions de grille salariale et de mesure d’accompagnement) « pour booster le processus devant conduire à la signature de la convention dans un délai d’un mois maximum », a annoncé le Ministre de la Communication.

Parallèlement, un Comité ad hoc sera mis sur pied par le ministère pour mener une campagne nationale intensive de sensibilisation auprès des différents acteurs concernés, aux fins de continuer à les sensibiliser sur les tenants et aboutissants de cette convention et ses enjeux.

A l’endroit des promoteurs des médias, le Ministre de la Communication a rappelé que la signature de la convention collective professionnelle des médias « permettra de régler définitivement les rapports entre employeurs des entreprises de presse et journalistes professionnels et assimilés ».

Pour sa part, le président du Conseil d’Administration de la Maison de la Presse, M. Ibrahim Harouna, a indiqué « qu’il n’est de l’intérêt de personne de regarder sombrer les médias nigériens », en ce que « leur situation économique est en partie due à un manque d’investissement, un manque d’avancées sur la question d’accès à la publicité de l’Etat et de ses démembrements, des défis sur la gestion des entreprises de presse et un blocage sur le processus de signature de la convention collective ».

C’est sans complaisance que « nous devrons analyser la situation et trouver les voies et moyens susceptibles de conduire vers un changement qualitatif dans le secteur des médias », a-t-il ajouté.

Le Ministre de la Communication a ensuite entendu les suggestions et contributions des promoteurs des organes des médias, des responsables des syndicats de la presse, mais aussi de la part de l’expert indépendant, l’inspecteur du travail, M. Tayé.

Le Ministre Zada Mahamadou a conclu par rappeler les quatre points de blocage de signature de cette convention. Il s’agit de l’accès à la publicité, du problème de la redevance de la Nigelec, du régime fiscal et du fonds d’aide à la presse.

Le Comité déjà mis en place sera rétabli avec l’implication de tous les acteurs et la mise à disposition des documents sur la convention, le tout basé sur un engagement ferme de reprendre les discussions là où elles sont arrêtées.

Un arrêté sera pris par le Ministre de la Communication pour l’implication de toutes les parties avant la remise immédiate du travail.

Cette cérémonie a vu la participation du Président du Conseil Supérieur de la Communication, Dr Sani Kabir, du facilitateur de la rencontre, le Secrétaire général du Ministère de la Communication, M. Abdoulaye Coulibaly, et d’un représentant du Ministère de l’Emploi et de du Travail.

Sources:

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.