Niger : le CMCF, un apport dans la lutte contre le terrorisme à Tillabéry

Au vu de nombreuses attaques incessantes que connait la région de Tillabéry (Sud-Ouest du Niger), toutes les initiatives qui permettront au moins de réduire ces « attaques lâches » ne pourront être que les bienvenues. Sur cela, le département de Téra (Tillabéry) comptera dans les prochains jours une Compagnie Mobile de Contrôle des Frontières (CMCF). Fruit d’une convention de partenariat signée entre la République fédérale d’Allemagne et la mission Eucap-Sahel Niger le mardi 4 mai 2021, ladite compagnie sera une troisième du genre au Niger. Notons que la cérémonie s’est déroulée dans les locaux de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) à Niamey sous la présidence du ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Alkache Alhada.

Au cours de son intervention, Alkache Alhada, ministre de l’Intérieur et de la décentralisation a rappelé que la compagnie mobile de contrôle des frontières n’est pas seulement des bâtiments, de la formation et des équipements, mais « c’est aussi une stratégie qui est en train de faire ses preuves avec une capacité préventive très forte ».

Pour sa part, Hermann Nicolaï, ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne, pays financeur de la création de cette troisième compagnie n’a caché sa satisfact de voir son pays « soutenir le Niger dans la mise en place de ce programme de sécurisation bien réfléchie », particulièrement dans une zone aussi « instable » que Téra. « Ce projet sera une grande contribution aux forces de défense et de sécurité pour exercer efficacement leur mission de lutte contre l’insécurité dans toute la zone de Tillabéry » poursuit-il.

Quant à la Cheffe de la mission Eucap-Sahel Niger, Antje Pittelkau a souligné que son institution « mettra tout en œuvre avec les différents partenaires pour que cette troisième CMCF à Téra soit opérationnelle le plus tôt possible ».

On peut retenir que par le biais des CMCF, le Gouvernement a pour objectif de renforcer les capacités opérationnelles des services de la police nationale impliqués dans la lutte contre les réseaux criminels organisés, d’améliorer la gestion policière des frontières, de surveiller les espaces frontaliers et enfin d’améliorer la coordination et la coopération transfrontalière.

Notons que les deux (2) premières bases, à Maradi et à Konni, sont déjà opérationnelles.

Akiné Fatouma pour niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*