Riposte contre la Covid-19 : les compagnies aériennes passibles de sanctions en cas d’embarquement de passagers sans test Covid PCR

Ce vendredi 04 août, le traditionnel conseil des ministres s’est tenu sous la présidence du Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou. Comme à l’accoutumée de nombreuses décisions ont été prises notamment celle portant sur la situation épidémiologique de la pandémie liée à la COVID-19 au Niger ainsi que les récentes inondations qui ont provoqué d’importants dégâts dans des quartiers de Niamey et de l’intérieur du pays et mis de nombreuses familles dans le désarroi.

Le Conseil des Ministres a en effet été marqué par une Communication du Ministre de la Santé Publique Dr Idi Illiassou Mainassara sur l’évolution de la pandémie à coronavirus à Niger. On apprend ainsi que « l’évolution de la pandémie de la COVID-19 est toujours favorable et se caractérise par une régression du coefficient de transmissibilité (Ro) qui est passé de 0,217 à la date du 25 août 2020 à 0,191 à la date du 03 septembre 2020 ». Aussi toujours dans l’optique d’endiguer la propagation du virus, la stratégie de riposte  mise en place a été déclinée en chiffres. S’agissant du confinement, ce sont : au total 15 287 cas qui ont confinés dont 15 265 sortis du confinement et 22 personnes toujours en cours de confinement.

La ministre de la Santé Publique a également fait le point sur la situation des vols après l’ouverture des frontières aériennes du 1er au 31 août dernier. Depuis, quelques 314 vols ont rallié la capitale nigérienne pour un nombre total de 10 274. 74 tests rapides et 451 PCR ont été réalisés à l’Aéroport. A la date du 03 septembre, au Niger, on a  1 177 cas confirmés ; 1.091 patients sortis guéris ; 69 décès enregistrés et 17 patients en cours de traitement.

Des sanctions ont été en outre proposées par le premier responsable du département de la Santé après concertation entre le Comité technique national de gestion de la COVID-19 et l’ANAC, contre les compagnies de transport aérien et les voyageurs étrangers et nigériens à l’arrivée à l’aéroport :  

­une amende de 500 euros par voyageurs est infligée à la compagnie qui aura embarqué un passager sans test COVID-19 PCR négatif ou un test COVID-19 PCR négatif non valide c’est-à-dire dépassant les 72 heures ;

­tout voyageur étranger qui refuserait à l’arrivée le test COVID-19 PCR à l’aéroport sera refoulé par la même compagnie et sera pris en charge par celle-ci ;

­tout voyageur nigérien qui refuserait à l’arrivée le test COVID-19 PCR à l’aéroport sera confiné à sa charge dans un hôtel prévu à cet effet et son passeport sera retenu par la police jusqu’à réalisation du test ;

-Tout passager ayant fait l’objet de test COVID-19 PCR à l’aéroport verra son passeport retenu par la police jusqu’au résultat.

Le Ministre de l’Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes a pris le relais de son homologue de la santé et a fait l’état des lieux des inondations provoquée par la montée de la côte à 680 cm contre une côte d’alerte rouge de 620 cm en 2016, alors même que les digues étaient de 660 à 670 cm. On note que 41 départements, 103 communes, 587 villages et/ou quartiers sont concernés par l’inondation ; 34 016 ménages sinistrés, soit 294 357 personnes sinistrées et 57 pertes en vies humaines. Conséquence des écoles sont occupées par les sinistrés alors que la rentrée est prévue dans deux semaines.  

Le gouvernement a à cet effet prévu l’identification des zones d’habitation à faible risque aux inondations ; le déguerpissement des populations installées dans les zones inondables ; le relogement des populations sinistrées avant la rentrée scolaire ; la construction des ouvrages de collecte d’eau et le désensablement des cours d’eau. L’exécutif nigérien a officiellement annoncé le déclenchement du Mécanisme de Réponse Immédiate (MRI) de la Banque Mondiale pour l’année 2020.

Waliyullah Tajudeen pour niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.