Réforme du secteur de l’engrais : la CAIMA au cœur de toutes les attentions

Un atelier de restitution de l’audit institutionnel et organisationnel de la Centrale d’Approvisionnement en Intrants et Matériels Agricoles (CAIMA) s’est tenu ce mardi 06 août à Niamey. Les travaux de cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la réforme du secteur de l’engrais, ont été lancées par le Ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Albadé Abouba avec à ses côtés, les premiers responsables du Millenium Challenge Account-Niger (MCA-Niger) et du Millenium Challenge Corporation (MCC), principaux partenaires techniques et financiers.

La quête de l’autosuffisance alimentaire et nutritionnelle pour les populations nigériennes est l’une des priorités des autorités du pays. A cet effet, elles multiplient les initiatives afin de relever ce défi. Au rang de celles-ci, l’adoption en 2018 de la réforme du secteur des engrais, maillon indispensable du secteur agricole, menée en collaboration avec le Millenium Challenge Account Niger (MCA-Niger) ou encore le Centre International pour le développement des engrais (IFDC). A travers elle, il s’agit de mettre à disposition et de rendre accessible en temps voulu et à des prix raisonnables, les engrais aux producteurs sur toute l’étendue du territoire national.

Aussi, outre la mise sur pied d’organes chargés de conduire cette réforme à l’instar de l’Observatoire du Marché des Engrais au Niger (OMEN) et le Comité Technique des Engrais au Niger (COTEN), l’élaboration de textes pour créer un environnement favorable au développement du secteur des engrais ; le renforcement et la structuration des acteurs privés des engrais, des études ont été menées pour accompagner la mise en œuvre de la réforme.

C’est dans ce contexte que se situe, l’audit de la Centrale d’Approvisionnement en Intrants et Matériels Agricoles (CAIMA) et donc l’atelier organisé ce jour à Niamey. Pour le Ministre de l’Agriculture, Albadé Abouba, cet exerce se révèle d’une importante capitale pour l’ensemble des acteurs du secteur : « le gouvernement trouve indispensable que soit fait un audit institutionnel et organisationnel pertinent de l’organe qui joue le rôle d’instrument d’intervention dans ce domaine, qu’est la CAIMA. Il s’agit de l’évaluation de sa capacité en vue de la redéfinition de sa mission, dans le contexte de la réforme ainsi engagée », a insisté le membre du gouvernement.  Un avis partagé par le Directeur Général du MCA-Niger, Mamane Annou, qui a réitéré l’engagement « ferme et indéfectible » de son institution au côté du gouvernement nigérien : « nous continuerons à soutenir la marche de cette réforme qui est indispensable et inéluctable pour l’autosuffisance alimentaire au Niger et pour l’autonomisation des producteurs, surtout des femmes et des enfants », a-t-il déclaré.  

Les conclusions et recommandations issues dudit atelier de restitution permettront au gouvernement à mieux orienter et définir le cadre institutionnel de l’approvisionnement du pays en engrais. Ce sont les producteurs et agriculteurs de toutes les contrées du pays, qui peuvent déjà se frotter les mains.

Waliyullah Tajudeen pour Niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*