Niger/Présidentielle : dans une ambiance tendue à Niamey, Bazoum proclamé vainqueur avec 55,75% des voix

Pneus brûlés, artères de la ville bloquées, barricades, ciel couvert de fumée noire, jet de gaz lacrymogènes, ce sont dans ces conditions qui prévalaient dans la capitale nigérienne, que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a proclamé les résultats globaux provisoires du second tour du scrutin présidentiel 2021. Selon les statistiques de la CENI sur les 266 communes, on compte un nombre total de votants de 4 684 572 avec 4 487195 suffrages exprimés valables pour 197 377 bulletins blancs ou nul. Mohamed Bazoum candidat de la continuité obtient la victoire avec 2 501 459 voix soit 55,75 % des suffrages et son challenger Mahamane Ousmane sort avec 1 985 736 voix soit 44,25 % des suffrages.

Dans les rues de la capitale la température est montée d’un cran en marge de la proclamation des résultats provisoires globaux. Jeunes, vieux, hommes, femmes et enfants ont tous participé à une manifestation spontanée pour contester les résultats proclamés par la CENI et ce, en défiant les forces de l’ordre qui n’ont pas hésité à lancer des gaz lacrymogènes et mener des courses poursuites pour disperser les manifestants. Pour ces derniers, c’est le candidat du RDR-Tchanji qui devrait sortir vainqueur du scrutin. « Ce ne sont que des voleurs ceux du parti au pouvoir, le peuple a bien fait son choix, et c’est Mahamane Ousmane » lance un jeune d’une vingtaine d’années au visage masqué par un turban et des lunettes avec une pierre en main.

Pourtant parmi ceux qui sont dans les rues, tous ne sont pas motivés par la politique. Au nombre des nombreux manifestants qui se trouvaient du rond-point Gadafawa à l’échangeur Mali Béro, les cris d’une femme ont particulièrement retenu l’attention. « Moi je ne manifeste pas pour un parti ou un autre. Ce sont ces forces de l’ordres qui ont engendré ma colère, c’est bien la deuxième fois qu’ils lancent dans ma cour des gaz lacrymogènes. Cela a mis ma jeune sœur dans un mauvais état, alors je suis venue pour les chasser. Ça suffit ! » confie-t-elle.

En effet, plusieurs ménages riveraines ont été victimes de ces gaz, et mêmes les agences privées ou publiques se trouvant au bord des routes se sont plaintes des forces de l’ordre et ont exigé qu’elles quittent les lieux.

Mais la partie est bien loin d’être terminée, dans un communiqué publié le mardi 23 février 2021 ont peut lire qu’une déclaration est attendue dans la soirée du même jour au siège du RDR Tchanji et au niveau de sa direction de campagne « où le candidat Mahamane Ousmane est annoncé dans les prochaines heures ».

Il reste à espérer que le candidat du RDR Tchanji appelle ses militants, partisans et sympathisants à la quiétude sociale et à la cohésion.

Pour sa part, c’est via les réseaux sociaux que le candidat du Pnds Tarraya s’est exprimé pour remercier le peuple d’avoir porté son choix sur lui pour présider à sa destinée pour les cinq prochaines années. Mohamed Bazoum promet qu’il «  sera un loyal serviteur pour affronter tous les problèmes auxquels notre pays est confronté ».

Akiné Fatouma pour niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*