Lutte contre la dépigmentation : la campagne « S’aimer au naturel », en quelques chiffres et faits marquants

Dans le but de lutter contre le phénomène de la dépigmentation qui en plus de nuire gravement à la santé des utilisatrices, leur fait perdre leur propre estime, car au final elles ne seront ni blanches ni noires, les plateformes Pensées Noires magazine et MyAfricaInfos ont créé le concept « S’aimer Au Naturel ». Un projet qui a pour but de sensibiliser les africains sur les méfaits de la dépigmentation et de valoriser la peau noire, à travers une campagne d’invitation à l’acceptation de soi au qui eut lieu du 1er au 8 mars 2021.

Les huit premiers jours du mois de mars ont marqué la première édition de la campagne « s’aimer au naturel » initié par deux des médias Panafricains, notamment MyAfricaInfos et Pensées Noires Magazine. Ce projet a permis et permettra aux femmes de se « dévoiler au naturel, et d’être fières de leur peau ».

La campagne de sensibilisation contre la dépigmentation et l’acceptation de soi a vu la participation de brillantes personnalités, dont exactement huit (8) femmes toutes dans différents domaines : Mani Bella, Black Amazon, Djely Tapa, Christelle Johnson, Essi King Houmey, Maïmouna Sako, Annick Nakou, et Blanche Bana.

Toujours pour continuer dans la logique du « 8 », huit (8) audios (Afrikavis) sensibilisateurs sur la question ont été diffusés et ont aussi été publiés huit (8) articles.

La campagne a aussi compté cinq (5) Lives Facebook (MyAfricaLives) et la cerise sur le gâteau est une (1) chanson dédiée à la peau noire et aux femmes africaines sous le nom de « Black Is Beautiful » produit par le beat Maker ThaVicious et portée par quatre (4) puissantes voix, dont celles de Queen Etémé, coach vocal, fondatrice de l’INPAV, femme aux multiples distinctions (prix Fafel leader culturel2019), Djely Tapa (Prix Révélation Radio-Canada en musique du monde 2019-2020), Noire Velours (Prix meilleur artiste féminin Allma2020) et Izealedu (Finaliste du Prix Découvertes RFI2015).

Pour rappel, parlant de sa motivation personnelle, la responsable du site web www.myafricaininfos.com, Essenam Kevi-Kelensi souligne qu’ « il est important pour moi de voir mes sœurs et frères en bonne santé physique, mentale et émotionnelle. La dépigmentation est le résultat d’un complexe émotionnel qui finalement abouti à une santé fragile où la peau de la personne devient tellement fragile qu’il est difficile d’y faire une chirurgie en cas de besoin. Vous voyez ! Alors pour moi qui ne me suis jamais dépigmentée il est hors de question que je vois mes semblables s’adonner à cette pratique dans rien dire ».

Quant à Alain Mouaka, directeur du magazine Pensées Noires, « S’aimer tel que l’on est et accepter tout ce que cela comporte, c’est donner la possibilité à soi-même d’aller vers l’autre, de l’aimer, de le comprendre et le respecter car on lui vouera la même considération que l’on se donne et l’amour qui va avec. Le projet S’Aimer au Naturel va donc plus loin qu’une simple idée ou un principe mis sur papier. Il est porteur de valeurs humaines et universelles ».

L’unique attente de ces plateformes à travers cette campagne est d’« amener les gens à prendre conscience des dangers de la dépigmentation. Et si possible leur offrir des accompagnements pour sortir de ce piège ». Et cela sera possible si tout le monde s’y met.

Akiné Fatouma pour niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*