COVID-19 et Rentrée scolaire : mobilisation de tous les acteurs pour une année avec zéro cas dans les écoles nigériennes

La pandémie du nouveau coronavirus n’a épargné aucun secteur de la société nigérienne depuis son apparition il y a au moins 7 mois. Le secteur éducatif est l’un de ceux qui ont subi de plein fouet son contrecoup.  L’année scolaire 2019-2020 a été ainsi interrompue sur décision du gouvernement avec la fermeture des écoles dès le 17 mars 2020. Réouvertes 2 mois et 2 semaines plus tard elle a néanmoins pu aller à son terme avec l’instauration de gestes barrières pour protéger les apprenants et leurs professeurs ainsi que leur entourage. Ce n’est donc pas sans une certaine appréhension  que l’année scolaire nouvelle s’annonce. Prévue pour le 15octobre prochain, elle devra composer avec la covid-19 qui n’a toujours pas dit son dernier mot. Les gouvernants et les professionnels du secteur éducatif s’activent pour donner le top départ de cette année académique 2020-2021 dans les meilleures conditions de sécurité.  

Jamais une crise sanitaire n’aura autant impacté le système éducatif nigérien que celle de la pandémie de la Covid-19. L’éducation est pourtant l’un des droits fondamentaux, un droit dont la réalisation influe directement sur l’exercice de tous les autres droits. C’est un«  bien commun mondial, l’éducation contribue à la bonne mise en œuvre des 17 objectifs de développement durable et est au fondement de sociétés pacifiques, justes, égales et inclusives. Lorsque les systèmes éducatifs s’effondrent, la paix, la prospérité et le bon fonctionnement des sociétés ne sont plus assurées » ont souligné les Nations Unies dans leur note de synthèse : l’éducation en temps de covid-19.

Pourtant, l’ampleur de la propagation du virus avait contraint le gouvernement nigérien à décider de la fermeture momentanée des établissements scolaires sur toute l’étendue du territoire national. Celles-ci seront rouvertes quelques semaines plus tard avec des consignes strictes : port obligatoire des masques, lavage des mains avec du gel hydro alcoolique ou à l’eau avec du savon, le respect de la distanciation sociale (au moins 1 mètre).  Ces règlements ont été dans leur grande majorité suivis par les écoles et l’année scolaire a pu s’achever vaille que vaille. Depuis la courbe des contaminations a baissé au Niger et avec elle le relâchement des mesures préventives autant par les élèves que par leurs parents. C’est dans ce contexte que la rentrée académique est prévue pour le 15 octobre prochain.

Pour ne rien arranger, le coronavirus semble reprendre du poil de la bête avec l’apparition de nouveaux cas alors que des semaines en arrière, la courbe des contaminations connaissait une certaine stabilisation : « Cette rentrée intervient dans un contexte de notifications sporadiques des cas asymptomatiques de relâchement des mesures barrières et de regroupements de plusieurs milliers de scolaires venus de divers horizons et ménages », indique le communiqué publié à l’issue du Conseil des ministres en date du 02 octobre 2020. Un renforcement du dispositif de riposte est donc d’actualité. Outre les cahiers, livres, stylos, crayons, les bavettes, gel hydro alcoolique et autres dispositifs de lavage des mains, font désormais partie de la panoplie du parfait écolier.

Le gouvernement annonce en effet la mise en place d’un arsenal anti-covid-19 pour chaque établissement scolaire. A Niamey notamment, toujours dans l’optique de bouter hors l’affection virale, 54 formations sanitaires, 71 places publiques et 85 écoles seront dotés  de dispositifs de lavage des mains, de gel hydro-alcoolique et de savon. Des millions de masques seront également distribués aux élèves. On lit à cet effet dans le communiqué officiel que « le gouvernement annonce que les mesures barrières et la PCI doivent, en conséquence, être respectées au maximum et à cet effet, plusieurs actions sont entreprises. Il s’agit de la tenue d’une réunion de concertation du Comité technique national de gestion de la pandémie et des Secrétaires Généraux des Ministères en charge de l’Education ; de l’estimation des besoins pour le renforcement de la prévention de la COVID-19 dans les établissements scolaires qui a été faite ainsi que des instructions qui ont été données pour rendre accessibles gratuitement aux scolaires et au corps enseignant les bavettes lavables ».

Parmi les autres mesures citées, il y a entre autres « l’obligation du port de la bavette pour les élèves, les enseignants et le personnel de l’administration des établissements scolaires ; de la désinfection de tous les établissements scolaires ayant abrité les victimes des inondations ; de l’organisation d’une vaste campagne de sensibilisation des parents d’élèves, des maitres et du personnel administratif des établissements scolaires et du renforcement du dispositif de lavage des mains ainsi que de la surveillance du Covid-19 dans les établissements scolaires ».

L’objectif affiché étant de garantir le déroulement de l’année scolaire dans des conditions idoines de sécurité pour ses principaux acteurs que sont les élèves et leurs enseignants. La Covid-19 ne passera pas par les établissements scolaires du Niger.

Fatouma Akiné pour niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*