Covid-19 : échauffourées à Niamey en raison de l’interdiction de la prière collective

Dans le lot des mesures barrières préconisées par les professionnels de la santé de par le monde pour stopper la propagation du nouveau coronavirus, figure la distanciation sociale. C’est dans ce contexte que les autorités nigériennes, ont porté interdiction des prières collectives notamment la prière de vendredi « Jummah » qui réunit les fidèles musulmans dans les mosquées. Cette mesure a du mal à passer auprès de certains pratiquants nigériens qui ont manifesté ce vendredi leur mécontentement dans plusieurs quartiers de Niamey.

Certains quartiers de Niamey ont pris des allures de guérilla urbaine ce vendredi alors que sonnait l’heure de la prière. Des jeunes de ses quartiers munis de  pierres, gourdins, coupe-coupe, bâtons et autres ont décidé d’en découdre avec les forces de l’ordre venus faire respecter la mesure d’interdiction d’accéder aux mosquées. « Ils ne nous empêcheront pas  de prier dans les mosquées ni de faire la Jumm’a » scandaient-ils entre autres récriminations.

Ces jeunes ont érigé des barricades et brûler des pneus pour empêcher l’avancée des forces de l’ordre. Des échauffourées et des courses poursuites ont rythmé l’après-midi de ce vendredi.

Le Niger compte à la date du 16 avril 609 cas de contaminations de Covid-19 parmi lesquels on déplore 15 morts. Le gouvernement a pris un ensemble de mesures pour endiguer la propagation de la pandémie. Un état d’urgence sanitaire a été décrété sur toute l’étendue du territoire nationale et les mesures tendaient entre à restreindre ou interdire la circulation des personnes, instaurer un couvre-feu à dans la capitale, ou encore ordonner la fermeture provisoire de certaines catégories d’établissements recevant du public. Mais force est de constater que ces mesures sont loin d’être scrupuleusement respectées et pendant ce temps le Covid-19 gagne du terrain dans le pays.

T.W. pour niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*