Ouverture ce lundi à Niamey du Sommet de l’UA sur l’industrialisation et la diversification économique

Des  chefs d’États et de Gouvernements, les premières dames, les responsables et les cadres de la commission de l’Union Africaine et ses organes, les ministres africains en charge de l’industrie, le commerce, l’économie et des affaires étrangères, les chefs des institutions internationales de développement, dont agences des Nations Unies, les chefs des secrétariats des communautés économiques régionales,  les  institutions régionales et internationales de financement de développement, les représentants du secteur privé, de la société civile, de la jeunesse et des femmes, au total, pas moins de 2000 participants sont attendus à ce sommet de Niamey.

Il en ressort ainsi que l’objectif global assigné à cette rencontre au sommet est de contribuer à faciliter l’industrialisation du continent africain qui est une aspiration de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, en mettant l’accent sur les leviers qui peuvent booster cette industrialisation afin de proposer des solutions en droite ligne avec le Plan de Développement Industriel du continent.

Les objectifs principaux et résultats attendus

Plus spécifiquement, a expliqué la Ministre Salamatou Gourouza, l’Union Africaine a retenu quatre objectifs principaux : la mise en évidence de la détermination et de l’engagement renouvelés de l’Afrique en faveur de l’industrialisation; la mobilisation de l’élan politique, des ressources, des partenaires et des alliances souhaitées en faveur de l’industrialisation de l’Afrique; permettre l’évolution d’une base d’entreprises et de capitaux panafricains dynamiques qui ouvrira la voie à une industrialisation inclusive et durale et qui va entrainer la participation de tous les agents économiques, y compris les petites et moyennes entreprises, les jeunes et les femmes; par rapport à la ZLECAF, c’est de permettre au champion d’une part, de faire le rapport sur le processus pendant ce sommet, et d’autre part, présenter l’état d’avancement des négociations en matière d’investissement, de propriété intellectuelle et de la politique de la concurrence dans notre continent.

En termes de résultats, selon la Ministre de l’Industrie et de l’Entrepreneuriat des Jeunes, il est attendu de ce sommet : le renouvellement d’une part, de la détermination et de l’engagement politique au niveau des décideurs, en vue d’accélérer l’industrialisation du continent et parallèlement de faire avancer le dispositif de la ZLECAF et de la prise de décisions politiques en faveur d’une consultation intersectorielle élargie, qui sera dirigée par l’Union Africaine afin d’établir un cadre stratégique de l’industrialisation du continent et actualiser ce cadre stratégique, le rendre réalisable et axé sur le résultat.

Toujours en termes de résultats, il est également attendu la mise en œuvre d’un accord sur un pacte entre les gouvernements et les secteurs privés africains, plus le monde universitaire et la société civile pour permettre d’obtenir des décisions politiques souhaitées, permettre aussi de capter les investissements et permettre surtout ou parallèlement, d’avoir un capital institutionnel et humain qui va être dédier à l’industrialisation du continent et stimuler les perspectives de mise en œuvre de la ZLECAF. L’adoption de protocoles sur l’investissement, sur le droit de la propriété intellectuelle et sur la politique de concurrence, fait aussi partie intégrante des résultats attendus.

Booster le domaine de l’industrie

Concernant le Niger, “nous allons saisir cette opportunité que nous offre l’Union Africaine à travers l’organisation de cet évènement très important, pour relancer aussi notre secteur industriel” a déclaré Mme Gourouza, ministre de l’Industrie et de l’Entrepreneuriat des Jeunes,.

Tout en deplorant le rang peu enviable du Niger classé comme etant ” l’un des pays les moins industrialisés du continent africain “, la ministre a rassuré que le Niger mettra à profit cette semaine pour faire “ le diagnostic, détecter les points forts que nous avons actuellement, mais que nous ne mettons pas en valeur et repérer les faiblesses de notre système globalement, afin de booster le domaine de l’industrie”.

« Nous allons accueillir durant cette semaine, pas moins de 2000 personnes et nous comptons nous enrichir de ces débats pour voir quelles sont les solutions que nous allons prendre pour nous permettre de “décoller”, a martélé la ministre Salamatou Gourouza. Pour la ministre de l’Industrie, le Niger espère sortir des ces sessions avec des propositions concrètes des « uns et des autres », tout en reconnaissant que l’ « une des faiblesses » que nous avons, c’est le manque de cadre, notamment la logistique.

Sources:

One thought on “Ouverture ce lundi à Niamey du Sommet de l’UA sur l’industrialisation et la diversification économique

  • December 5, 2022 at 9:03 pm
    Permalink

    You could definitely see your enthusiasm in the paintings you write. The sector hopes for even more passionate writers such as you who aren’t afraid to say how they believe. At all times follow your heart. “Until you walk a mile in another man’s moccasins you can’t imagine the smell.” by Robert Byrne.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *