Niger: selon le dernier rapport ITIE, le secteur minier a rapporté 80 milliards FCFA en 2019

Au Niger, 5ème producteur mondial de l’uranium, la contribution du secteur minier dans le Produit Intérieur Brut n’ est que de 2,8% en 2016, contre 3% en 2017, et de 2,2% en 2018, peut t-on lire dans le document de la Politique Minière Nationale 2020-2035.
Cette situation est en lien avec la crise Fukushima et le retournement du marché de l’uranium qui était depuis 1971 le premier produit d’exportation du pays, explique-t-on.

Le Niger compte cinq (5) sociétés dans le domaine de l’uranium dont (2 en arrêt et 1 en fin de vie) auxquelles s’ajoutent des projets miniers avancés qui devraient entrer en production dans les prochaines années », ajoute la PMN.

Le parc minier du Niger comprend en plus une mine dans le domaine de l’or (actuellement en restructuration); une (1) dans le domaine du charbon (qui traverse une situation particulièrement difficile) et une (1) dans le domaine du calcaire, documente la PMN.

Le Niger se classe au 5ème rang mondial en 2018 en termes de production avec une production de 2911 tonnes et au 9ème rang en termes de ressources en 2018.

Quant à l’or produit industriellement, il est exporté sous forme de lingots. Toutefois, les statistiques se sont améliorées depuis l’installation d’une usine d’affinage d’or à Niamey, faisant passer la quantité d’or exportée, en provenance des sites d’exploitation minière artisanale de 313,45 kg en 2017 à 5 726,51 kg en 2018.

On répertorie plus de deux cent (200) sites d’orpaillage qui emploient plus de huit cent mille (800 000) personnes à travers le pays.

La Politique Minière Nationale a pour vision d’optimiser la valorisation des produits issus de l’exploitation des ressources minières, tout en s’alignant sur la Vision Minière Africaine en prônant « Une diversification et une exploitation équitable et optimale des ressources minérales en vue d’une large croissance durable et d’un développement socio-économique ».

A terme, il s’agit de « contribuer au développement durable et à la croissance économique inclusive du Niger à l’horizon 2035».

Le coût total du Plan d’Actions décennal 2020-2029 est estimé à un montant de 75,3065 milliards de FCFA, dont un acquis de 29,6337 milliards de FCFA. Ainsi le montant à rechercher pour boucler le financement du Plan d’action décennal est estimé à 45, 6728 milliards de FCFA, soit 60,64 % du coût total.

Pour rappel, les parlementaires ont adopté le 29 juin dernier une nouvelle loi minière pour le Niger afin de rendre le secteur plus attractif et plus rentable.

Le secteur a rapporté quelque 80 milliards de FCFA en 2019, selon le dernier rapport de l’ITIE.

Sources:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.