La Banque mondiale finance un projet de 70 milliards de francs dénommé ‘’Lafiya iyali’’

Le Premier Ministre Ouhoumoudou Mahamadou a présidé ce mardi 7 juin 2022 au centre de conférence Mahatma Gandhi, la cérémonie officielle du lancement du projet de développement du capital humain dénommé ‘’Lafiya Iyali’’.

Le projet  ‘’Lafiya lyali ’’ qui  signifie littéralement « bien-être de la famille » est financé par la Banque mondiale, représentée par la Vice-présidente de l’institution Mme Mamta Murthi, en visite de travail de 48 heures au Niger. C’est un  projet Lafiya Iyali qui se concentre sur l’accès des femmes et des filles à des  services de santé et de nutrition particulièrement dans les régions de Maradi et Zinder,  et vise à  accroitre l’utilisation des services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et adolescentes. 

Il  soutiendra aussi le changement de comportement afin d’assurer le succès des interventions de l’autonomisation des femmes et des filles, ainsi que renforcera la couverture, l’utilisation et la qualité d’une plateforme des services intégrés.

Il vise également à améliorer la santé sexuelle et reproductive, tout en encourageant l’adoption de comportements propices à une demande accrue de services de santé et de nutrition.

Dans son mot de lancement, le Premier Ministre a rappelé qu’il  ‘’y a juste un an jour pour jour que nous avions reçu la visite de Mr Ousmane Diagana, vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, à la tête d’une impressionnante délégation’’, avec qui ‘’nous avions procédé au lancement d’un important projet de développement du capital humain, le projet «Lire» financé par la Banque Mondiale.’’

‘’Nous avons l’honneur de recevoir aujourd’hui Madame Mamta Murthi, Vice-Présidente de la Banque Mondiale en charge du capital humain, à la tête d’une délégation tout aussi impressionnante et avec laquelle nous lançons un autre projet tout aussi important pour le développement du capital humain, le projet « Lafia lyali »’’ a-t-il fait savoir.

‘’A travers ces visites de haut niveau qui marquent le symbole d’un attachement profond des dirigeants de la Banque Mondiale au Niger et à son peuple,  je vois la manifestation d’une coopération fructueuse et soutenue entre le Niger et celle-ci  matérialisée par plusieurs accords de financement dans divers secteurs dont celui de la santé et de la nutrition, objet de la présente cérémonie’’ s’est réjoui Ouhoumoudou Mahamadou.

Le projet  ‘’Lafia lyali» a expliqué le Premier Ministre, ’’est un projet novateur qui est en cohérence avec les engagements du Président de la République Mohamed Bazoum, contenus dans le Programme de Renaissance Acte III.’’

M. Ouhoumoudou Mahamadou a aussi assuré l’engagement de son gouvernement  ‘’ à améliorer l’accès et la qualité des services des soins de santé à travers notamment la construction et ou la réhabilitation des infrastructures sanitaires, et l’amélioration de la disponibilité et l’accessibilité aux produits de santé.’’

Ainsi, ‘’ nous avons prévu d’améliorer la santé de la reproduction, et l’état de santé de la mère et de l’enfant. Il s’agit de réduire significativement les mortalités maternelle et infantile, renforcer la prise en charge nutritionnelle et des activités préventives en matière de nutrition, a-t-il ajouté.

‘’Nous travaillons également à sensibiliser les cibles sur la santé maternelle, les bienfaits du planning familial, les conséquences fâcheuses des mutilations génitales féminines, les mariages précoces avec leurs lots de grossesses précoces, de fistules obstétricales, des décès en couches, entre autres’’ a indiqué le Premier Ministre.

Par ailleurs, le Premier Ministre a exprimé son encouragement  en vers  ‘’la  synergie entre le Gouvernement, les Chefs Traditionnels et les Leaders religieux pour mettre fin aux pratiques néfastes qui ont un impact négatif sur la santé des populations notamment des filles.  Nous devons continuer à mener des actions fortes contre les mariages précoces, le faible taux de scolarisation et lutter pour le maintien de la jeune fille le plus longtemps à l’école.’’

‘’L’avènement du projet « LAFIYA IYALI» est une opportunité pour contribuer à relever les défis liés à l’offre en garantissant les intrants nécessaires à la prestation de services de santé et de nutrition de qualité, et en améliorant la disponibilité et la capacité des prestataires de première ligne. A-t-il laissé entendre.

Le Premier Ministre a au passage ‘’invité les acteurs de mise en œuvre à centraliser la priorisation stratégique, l’intégration et la mise à l’échelle d’innovations technologiques et non technologiques dans les domaines principaux du programme de ce projet qui  complétera utilement les interventions d’autres partenaires dans le domaine du capital humain.’’

M. Ouhoumoudou Mahamadou n’a pas manqué  de ‘’ transmettre à la Banque Mondiale les appréciations du Président de la République  et du Gouvernement pour son accompagnement en faveur de notre pays, en particulier dans le domaine de la santé et du bien-être des populations nigériennes’’ et de  réaffirmer l’engagement du Gouvernement ‘’à renforcer l’autonomisation des femmes et des filles, promouvoir le genre, améliorer le système de santé notamment par la lutte contre la mortalité infanto-juvénile et la mortalité maternelle.’’

Mme Mamta Murthi, vice-présidente de la Banque Mondiale quant à elle, a  indiqué  que ‘’ le manque de professionnels de la santé qualifiés, des médecins, d’infirmiers et de personnel paramédical affecte la santé global de la population’’ auquel s’ajoute un pourcentage  environnant ‘’75%  des filles mariées avant  18 ans et 30%  avant 15 ans’’.

Ainsi, pour améliorer les résultats en matière de santé et nutrition, ainsi que l’autonomisation des filles et des femmes, le ‘’conseil d’administration de la Banque Mondiale a approuvé en septembre dernier, un nouveau financement de 125 millions de dollars équivalent à plus de 70 milliards de franc CFA’’ a fait savoir la vice-présidente.

‘’L’appui de la Banque Mondiale à travers ce programme donne la priorité au développement et au renforcement du capital humain ainsi que l’amélioration des services de santé dans les régions les plus pauvres’’ a-t-elle fait comprendre.

 ‘’Le succès de cette première phase est également important pour mobiliser les financements des trois autres phases du programme, qui permettront à la fois l’extension à de nouveaux services, au-delà  du secteur de la santé pour répondre aux déterminants multisectoriels de la malnutrition et l’extension à toutes les régions du pays’’ a conclu la vice-présidente de la Banque Mondiale.

Sources:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.