Coup d’Etat déjoué du 31 mars 2021 : un ancien Ministre déposé à la prison de Birnin Ngaouré

Au Niger, l’ancien ministre de l’Intérieur Cissé Ousmane Ibrahim a été interpellé et écroué vendredi 8 avril. Il était accusé d’atteinte à la sûreté de l’État dans la tentative du coup d’État déjoué le 31 mars 2021, deux jours avant l’investiture du nouveau président Mohamed Bazoum. 

Cissé Ousmane Ibrahim est arrivé sous bonne escorte, vendredi soir, à la prison de civile de Birnin Ngaouré, située à une centaine de kilomètres de Niamey. En signant le mandat de dépôt, le juge d’instruction demande au surveillant de la prison de « détenir en dépôt, jusqu’à ce qu’il en soit autrement ordonné, le commissaire de police Cissé Ousmane Ibrahim ».

De source judiciaire, Cissé Ousmane Ibrahim est accusé de complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité ou à la sûreté de l’État dans la tentative du coup d’État déjoué le 31 mars 2021, soit deux jours avant l’investiture du nouveau président Mohamed Bazoum. Les articles 79 et 261 du code de justice militaire sont cités.

Il rejoint ainsi en prison le capitaine Sani Gourouza et le lieutenant Abdramane Mot qui, dans la nuit du 31 mars 2021, avaient pris le commandement d’un groupe de soldats pour s’attaquer au palais présidentiel. D’après des sources bien informées, le plan de la tentative du coup d’État a été monté depuis Ndjamena à l’ambassade nigérienne où se rendait un proche du ministre Cissé. Un plan revu et corrigé à Niamey à chaque fois que le diplomate rentrait au pays : prendre en étau le palais présidentiel à partir du ministère des Affaires étrangères et de la Corniche de Yantala bas ; renverser ainsi le président Issoufou Mahamadou et empêcher l’investiture du nouveau président élu Mohamed Bazoum. Dans quelques mois dit-on, tous seront jugés ai tribunal militaire.

Cissé Ousmane Ibrahim était ministre de l’Intérieur sous la transition du général Salou Djibo qui a renversé le président Mamadou Tandja. Il est ensuite devenu ambassadeur du Niger au Tchad, avant d’être débarqué, entendu par la justice et écroué.

Selon plusieurs sources, c’est surtout la dernière tentative de déstabilisation du régime de Niamey qui aurait précipité Ousmane Cissé en prison. Pendant que le président Mohamed Bazoum effectuait une visite d’État en Turquie, du 9 au 13 mars dernier, pour l’achat de matériel militaire de près de 200 milliards de francs CFA, les Services de renseignement ont déjoué une seconde tentative de coup d’État à Niamey. 

Sources:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *