Affaire Détournement MDN : le procès en appel du journaliste Moussa Aksar à nouveau reporté au 13 juin  

Le procès en appel de Moussa Aksar est à nouveau reporté. Présents ce lundi 11 avril matin au Tribunal, les Conseils du journaliste d’investigation ont demandé un report afin d’inclure d’autres éléments dans le dossier.

Moussa Aksar a été condamné en mai 2021 en première instance, à 200 000 FCFA d’amendes et à un million de FCFA de dommages et intérêts pour avoir cité le nom d’un proche du pouvoir en place à l’époque dans le cadre d’une enquête de corruption.

Une sombre affaire de surfacturation au sein du Ministère de la Défense nationale avait été révélée au grand jour. Des hauts gradés de l’armée ainsi que des personnalités proches du pouvoir de Niamey, avait été indexés dans le dossier. Si dans un premier temps, le préjudice pour l’Etat nigérien avait été estimé à 71 millions de FCFA, un audit sur les surfacturations dans des commandes et des cas de matériel militaire non livré, a relevé un trou béant de 76 milliards de FCFA. L’affaire avait choqué l’opinion publique nationale et internationale quand on sait que le Niger est touché par des attaques terroristes et que son armée fait face à un manque criard d’équipements.

Moussa Aksra qui est soutenu par de nombreuses associations de défense des droits des journalistes, notamment la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest (CENOZO), a interjeté en appel et voit donc son procès à nouveau reporté pour le 13 juin 2022.

Entretemps, le scandale suscité par la révélation de cette affaire n’a pas ému plus que ça au sommet de l’Etat nigérien. Un règlement à l’amiable avec les « détourneurs » et ‘’surfactureurs’’ a été trouvé pour définitivement clore ce dossier. Au grand dam des ODDH et organisations de la société civile.

Waliyullah Tajudeen pour niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.