Renouvellement des contrats d’affermage pour la SEEN : un avenant de 7 mois accordé à VEOLIA.

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, M. Adamou Mahaman, et le président de la zone Afrique et Moyen-Orient de Veolia, M. Philippe Bourdeaux, en visite de travail au Niger, ont conjointement animé, le jeudi 31 mars dernier, dans la salle de réunions du Ministère, une conférence de presse, pour échanger sur le partenariat entre le Niger et la société Veolia, en charge de l’exploitation de l’eau au Niger. Il a été aussi question d’évaluer les avancées enregistrées par la société Veolia, avant le renouvellement des contrats d’affermage pour la Société d’Exploitation des Eaux du Niger (SEEN) avec le Gouvernement nigérien ainsi que pour envisager les perspectives dans le cadre de ce partenariat, qui date de 20 ans.

«20 ans c’est le bon moment pour regarder ce qui a été fait en partenariat avec Veolia et ses responsables. L’Etat tout en se réjouissant de l’évolution qu’il y a eu dans ce secteur, a aussi ses propres éléments d’appréciation. Dans le cadre des négociations pour le renouvellement des contrats d’affermage, ces éléments ont été versés aux dossiers», a de prime abord indiqué le ministre en charge de l’Hydraulique. Selon M Adamou Mahaman, il y a la question de la gouvernance au sein de la SEEN. «Nous avons demandé à ce que l’Etat soit beaucoup plus représentatif, au niveau de cette gouvernance. Nous avons aussi demandé à ce que les salariés nigériens qui sont à la SEEN puissent avoir une expertise dans le grand groupe, ce qui n’est pas le cas jusqu’aujourd’hui. Nous avons aussi demandé que localement, les Nigériens accèdent à des postes de responsabilité au sein de la boîte. Il a été révélé au partenaire les difficultés qu’ont les clients, notamment les plaintes au niveau de la qualité des services, même si entre temps, il a été enregistré des améliorations», a noté Adamou Mahaman.

Le ministre a aussi rappelé que sur ces 20 ans, l’Etat nigérien a investi plus de 300 milliards FCFA dans ce secteur. Il a regretté que malgré cet important d’investissement, l’Etat nigérien n’a que 5% du capital de la SEEN. «Le Président de la République, SEM Mohamed Bazoum a pris des engagements qui visent, dans le domaine de l’hydraulique d’abord, à réaliser sur les 5 ans à venir, 46.000 branchements particuliers, ces branchements. C’est la mise en place des robinets dans les ménages. Nous voulons impacter 4.600.000 nigériens nouveaux dans le cadre de ce réseau qui est géré par la SEEN. Mais aussi, nous avons des branchements sociaux qui sont en lien avec ce que nous appelons la mise en place des bornes fontaines. Le programme du Président de la République prévoit donc de réaliser 10.000 bornes fontaines qui impacteront 5 millions des Nigériens sur la période de 5 ans. L’objectif du Président, c’est d’atteindre un taux de couverture dans les centres urbains de 100%», a détaillé le ministre.

M. Adamou Mahaman a ajouté que, le deuxième aspect du programme concerne le milieu rural. Le Président Mohamed Bazoum s’est donné, selon le ministre, l’objectif de réaliser 40.000 points d’eau modernes. Et ensuite le monde pastoral où le Chef de l’Etat envisage de réaliser au moins 5.000 points d’eau modernes qui impacteront plus de 5 millions d’unités de bétails durant les 5 ans. «Naturellement, avec les nouvelles orientations politiques, nous posons la question de notre participation conséquente et légitime au capital de la société», a déclaré le ministre M. Adamou Mahaman. Il a enfin annoncé qu’un avenant d’environ sept (7) mois sera signé, entre les deux parties, afin de mieux examiner la possibilité du renouvellement du contrat entre la SEEN et Veolia.

Pour sa part, M. Philippe Bourdeaux, a dit s’inscrire dans les propos du ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, qui sont ‘‘logiques et normaux’’. «Les 20 ans sont extrêmement positifs. Les Nigériens payent un des prix de l’eau le plus bas de l’Afrique de l’ouest, avec une qualité de service qui s’est améliorée, pendant ces 20 ans et qui doit continuer à s’améliorer, selon les orientations déclinées par le Président de la République, Mohamed Bazoum», a déclaré le président de la zone Afrique et Moyen-Orient de Veolia. «Je souscris totalement aux souhaits du Président de la République et de vous-même, ministre en charge du secteur, dont celui de nommer un Directeur Général Adjoint issu du Niger, au sein de l’entreprise délégataire du service public de l’eau potable, de l’hydraulique urbaine et semi-urbaine», a promis M. Bourdeaux.

Sources:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.