Niger/Mendicité transfrontalière : le gouvernement veut démanteler les réseaux mafieux

L’affaire fait les choux gras des médias sénégalais et sur le continent. Les photos et posts abondent également sur les réseaux sociaux. La présence d’une centaine de ressortissants nigériens dans les rues de Dakar pratiquant la mendicité. Face à ce qui au-delà de la recherche de meilleures conditions de vie, est une situation dégradante et humiliante pour tout un peuple et le fait de réseaux criminels, le gouvernement nigérien a décidé de réagir. Le Chef d’Etat Mohamed Bazoum a présidé à cet effet une réunion mardi dans la matinée et des mesures ont été aussitôt prises.

De nombreux Nigériens ont appris avec consternation, la présence de nombre de leurs compatriotes en terre sénégalaise s’adonnant à la mendicité dans des conditions peu enviables. Ils en ont été touchés dans leur amour propre. C’est le cas de l’Association des Nigériens de la BCEAO (ANB), qui dans un communiqué, appelle à un élan de solidarité envers les personnes concernées. L’ANB rejette en outre la proposition d’érection de camps de réfugiés au Sénégal pour des Nigériens sous quelque forme que ce soit et propose l’organisation d’un rapatriement diligent de l’ensemble des personnes concernées, sous la responsabilité directe et exclusive des Autorités Nigériennes, représentées par l’Ambassade du Niger au Sénégal. Des préoccupations qui ont trouvé écho favorable dans les mesures prises par le gouvernement nigérien.

Lire ci-dessous l’intégralité du communiqué rendu public par le gouvernement.

« Le gouvernement de la République du Niger a appris avec stupéfaction la présence dans les rues de Dakar au Sénégal de plusieurs centaines de ressortissants Nigériens s’adonnant à la mendicité. La présence de ces personnes dans des contrées aussi lointaines n’a aucun rapport avec la situation d’insécurité liée au terrorisme ou au déficit alimentaire. Il s’agit d’un trafic illicite de migrants et de la traite de personnes organisées par des groupes criminels en direction de certains pays voisins et même au-delà.

Le gouvernement déplore cette pratique qui jure avec nos valeurs sociales, religieuses et interdite par les lois et règlements de la République. C’est pourquoi des instructions ont été données aux services compétents en vue d’évaluer la situation sur place en rapport avec les Autorités Sénégalaises et de prendre les mesures appropriées. Le gouvernement remercie les Autorités de la République sœur du Sénégal pour leur bonne collaboration et les dispositions prises en vue du regroupement de ces personnes dans des sites sécurisés en attendant leur prise en charge de façon conséquente.

Au-delà des mesures immédiates prises, des instructions fermes ont été données par les plus Hautes Autorités à tous les démembrements de l’État concernés en vue de prendre toutes les dispositions nécessaires et utiles pour démanteler ces réseaux criminels et endiguer ce fléau ».

Waliyullah Tajudeen pour niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.