Lutte contre le terrorisme : Mohamed Bazoum annonce une enveloppe de 200 milliards de Fcfa pour équiper l’armée de l’air

Le Niger veut en finir avec le terrorisme. Le Président Mohamed Bazoum vient d’annoncer dotera l’armée de l’air d’équipements de qualité à hauteur de 200 milliards de Fcfa. Il a fait l’annonce et donné des détails durant la conférence des cadres tenu en fin de semaine dernière au centre international Mahatma Gandhi de Niamey.

200 milliards de Fcfa, c’est la somme que le Président Mohamed Bazoum compte injecter pour équiper davantage l’armée de l’air.

Se prononçant sur la politique sécuritaire du pays dans la lutte contre le terrorisme, le Président Nigérien a abordé plusieurs points clés et sensibles pour montrer sa vision dans le domaine.

Nous vous laissons lire in extenso ce qu’il a dit à ce propos.

«Nous avons décidé une politique de montée en puissance qui a consisté à accroitre les effectifs. Quand nous sommes venus, nous avons des effectifs bien déterminés. Et notre volonté, c’est atteindre 50.000 soldats d’ici 2025. Nous sommes à 30.000 soldats aujourd’hui alors qu’à notre arrivée nous avions un effectifs de 11.000 soldats», a relevé le Président Bazoum. Cette augmentation des effectifs s’accompagne également d’une politique d’équipement (fusils, matériels roulants, avions, hélicoptères, drones, etc.). Il y a aussi le projet de recrutement de 400 ingénieurs pour le compte de l’armée de l’air.

En plus de cela, le gouvernement a développé le concept d’opérations. «Aujourd’hui nous avons plusieurs opérations qui engagent en permanence près de 12.000 personnels dans les différentes zones affectées par l’insécurité», a souligné le Président Bazoum, citant entre autres opérations en cours ‘’Almahaou’’, ‘’Niya’’, ‘’Damissa’’, ‘’Yarti’’, ‘’Fassa’’, ‘’Chara’’, ‘’Farawttan Bouchia’’. «Nous avons fait une prime mensuelle de 90.000 F à quiconque se trouve dans des opérations comme celle de Diffa ou celle de Almahaou», a ajouté le Chef de l’Etat qui relève la pénibilité de ces opérations qui se déroulent dans des zones difficiles d’accès.

Le Président Bazoum a par la même occasion réaffirmé sa confiance aux Forces de défense et de sécurité. «Si je suis allé à Baraoua, c’est parce que je sais  que je ne cours aucune forme de risque, que j’ai des Forces qui me protègent. Et c’est ma confiance dans ces Forces qui permet d’aller à Baraoua. Je peux aller plus loin que Baraoua», a-t-il confié.

Le Chef de l’Etat a relevé que, sous les régimes antérieurs, on avait créé une institution dans un contexte où il n’y avait pas eu de guerre, d’épreuve et d’ennemis. «Mais il y a eu une armée qui a été constituée sur des bases solides. C’est en cela que je rends hommage à ceux qui ont animé ces institutions en l’occurrence la Police; la Gendarmerie et la Garde à l’époque. Ils nous ont légué des vraies institutions sur l’esprit desquelles aujourd’hui nous reposons et grâce auxquelles, justement parce que ce sont des institutions qui fonctionnement selon la rationalité requise, nous faisons face à l’adversité, maintenant que nous avons eu notre épreuve», a-t-il expliqué, tout en se réjouissant que nos soldats sont devenus performants. «Et le résultat, c’est que nous contrôlons notre pays», a dit le Président de la République.

Le Chef de l’Etat a par ailleurs annoncé un programme de 200 milliards de FCFA pour l’équipement de l’armée de l’air. «Je vais bientôt me rendre en Turquie où je vais visiter les usines qui fabriquent nos drones et nos avions de guerre. Mais tout cela peut ne pas être suffisant. Et c’est pourquoi peut se poser pour nous la question des alliances avec d’autres partenaires».

Il s’est réjoui de l’évolution positive de la situation dans la région de Diffa. «La situation s’améliore à Diffa. Par le passé, on avait chaque année à pareil moment des incursions qui nous faisaient beaucoup de débat. Cette année, il n’y en a pas eu. Il ya certes des enlèvements, mais c’est du banditisme. Et j’irai à Diffa. Nous avons formé 500 Gardes recrutés sur place il y a de cela deux ans. Présentement, nous avons 500 autres qui sont formés. Nous allons avec tous les ministères concernés, le Chef d’Etat major et le Haut commandant de la Garde Nationale du Niger où nous allons faire des choses millimétrées pour améliorer la sécurité dans tous nos villages. Nous allons nous occuper de Diffa avec nos propres forces. Nous tenons le bon bout à Diffa», a-t-il confié.

Avec lesahel.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.