Education/Accès à internet : 13 pays dont le Niger vont bénéficier de l’accompagnement d’Airtel Africa et d’UNICEF

Dans le contexte de pandémie mondiale due à la Covid-19, de nombreuses initiatives ont été engagées pour garantir aux enfants une éducation de qualité via l’accès à Internet notamment les Technologies de l’Information et de la communication (TIC). En Afrique, UNICEF et Airtel Africa s’allient à travers le programme « Reimagine Education », pour faciliter l’apprentissage des jeunes apprenants du continent.

C’est un partenariat quinquennal que viennent de sceller en ce mois de novembre, UNICEF et Airtel Africa, société de télécommunications filiale du groupe télécom indien BHARTI Airtel.  Les cinq prochaines années, les deux partenaires vont s’atteler à installer la connexion dans des écoles de treize pays africains où l’opérateur télécom opère. Il s’agit notamment du Tchad, du Congo, de la RD Congo, du Gabon, du Kenya, de Madagascar, du Malawi, du Niger, du Nigeria, du Rwanda, de la Tanzanie, de l’Ouganda et de la Zambie.   

Pour ce faire, le groupe fondé en 1975 va investir plus de 57 millions de dollars soit 33 milliards de FCFA avec pour objectif, d’offrir de meilleures conditions d’apprentissage aux écoliers africains grâce à internet : Pour la Directrice générale de l’UNICEF, c’est une initiative salvatrice pour des millions d’enfants qui ont vu leur éducation interrompue ou suspendue en raison de la pandémie du nouveau coronavirus. « En défendant l’Education numérique pour les enfants en Afrique, ce partenariat avec Airtel Africa contribuera à remettre l’apprentissage des enfants sur les rails » soutient-elle.   

Pour sa part, Olusegun Ogunsanya, Président-Directeur Gsénéral d’Airtel Africa : « En tant qu’entreprise, nous sommes concentrés sur l’éducation comme domaine clé de notre responsabilité sociale ».  Un leitmotiv suivi par l’ensemble des filiales du groupe à travers le monde dont celle nigérienne qui fête ses 20 ans d’existence cette année. Airtel Niger a fait de l’éducation le socle de ses actions sociales et humanitaires. Elle s’investit notamment dans l’éducation des jeunes filles. Le projet « Girls in School » d’un coût global de 60 millions de FCFA a permis à des centaines de filles de milieux défavorisés, forcées d’arrêter leurs études par manque de moyens financiers d’obtenir des diplômes et de devenir autonomes.

Waliyullah Tajudeen pour niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.