Médias : Le journaliste d’investigation nigérien Moussa Aksar nominé pour le Prix de l’Indépendance 2021 par Reporters Sans Frontières

Comme chaque année depuis 1992, Reporters Sans Frontières (RSF) décerne son Prix pour la liberté de la presse afin d’encourager, soutenir et récompenser le travail d’un journaliste ou d’un média ayant contribué de manière notable à la défense ou à la promotion de la liberté de la presse dans le monde. Pour cette édition 2021 qui sera décernée 18 novembre prochain, ils sont douze nominés. Parmi eux, le journaliste d’investigation nigérien Moussa Aksar, Directeur de Publication de « L’Evènement » dont les enquêtes ces dernières années lui ont valu de nombreux démêlés avec la justice de son pays.      

Reporters sans Frontières a dévoilé son cru 2021 pour son Prix pour la Liberté de la Presse. Des journalistes et des médias originaires de 11 pays ont été retenus dans trois catégories : le courage, l’impact et l’indépendance du journalisme. Ils sont quatre par catégorie, soit douze nominés au total, pour le Prix RSF 2021 : six journalistes, dont quatre femmes, et six médias ou organisations de journalistes, notamment spécialisés dans l’investigation, là où le droit d’informer est mal en point ou malmené. « La liste des nominés de l’édition 2021 reflète les défis que relèvent des journalistes et médias engagés dans un combat commun pour la liberté de l’information. Ces hommes, ces femmes et ces médias luttent avec courage et détermination contre des forces qui convergent pour affaiblir l’indépendance du journalisme. Dans de nombreux pays au monde, les professionnels de l’information sont souvent menacés, poursuivis ou emprisonnés. Des médias sont censurés, stigmatisés, marginalisés, interdits ou fermés. Le prix RSF est un hommage mais surtout un soutien à tous ceux qui incarnent les idéaux du journalisme. », déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.

Moussa Aksar, un résistant dans un environnement hostile…  

Parmi ces combattants pour la liberté et l’indépendance de la Presse on peut citer le journaliste nigérien Moussa Aksar nominé dans la Catégorie « Indépendance ».  « Au Niger, impossible de vivre d’une publication si vous faites de l’investigation. Les pressions sont aussi importantes que les annonceurs se font rares. Pour assurer la survie et l’indépendance de L’Événement, un journal qu’il a fondé en 2002, Moussa Aksar, s’occupe aussi d’une ferme. L’édition papier a cessé depuis trois ans mais le site du journal résiste et continue à informer et à enquêter malgré les menaces. Rien que sur les deux dernières années, Moussa Aksar qui préside aussi le centre Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation (CENOZO), a été auditionné huit fois par la justice. Il a finalement été condamné en juin dernier à 1 830 euros d’amende et de dommages-intérêts après avoir participé à une enquête internationale de journalisme d’investigation ayant révélé des détournements massifs d’argent public pour des achats d’armement » peut-on lire dans sa présentation faite sur le site de RSF. 

Le journaliste nigérien est effet celui qui a révélé l’affaire dite des « Milliards du ministère de la défense ». En septembre dernier il avait encore maille à partie avec la justice nigérienne pour avoir relayer une enquête de Global initiative sur une affaire de trafic de drogue. Les charges qui lui ont été signifiées sont notamment celles de « diffamation par voie de presse » et de « diffusion de données de nature à troubler l’ordre public et porter atteinte à la dignité humaine ».  Il est toujours en attente de son jugement.

Dans la catégorie « Indépendance », Moussa Aksar est en lice avec le média Hong-kongais (Stand News), la journaliste Palestinienne Majdoleen Hassona et le Hongrois Adras Arato.  Les lauréats seront connus le 18 novembre prochain.  

Waliyullah Tajudeen pour niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.