Accusé d’avoir « emporté » 14 véhicules du Ministère de l’Education nationale, l’ancien Ministre Marthé réplique

Ces dernières 24 heures, c’est l’une des affaires qui fait couler encre et salive au sein de l’opinion publique nigérienne. Dans sa parution du jeudi 28 octobre, l’hebdomadaire « Le Courrier » révèle que l’ancien ministre de l’Enseignement primaire, Daouda Mamadou Marthé aurait à sa sortie du gouvernement en décembre 2020, emporté avec lui, pas moins de 14 véhicules appartenant au parc automobile dudit Ministère. Des allégations contre lesquelles, l’actuel membre de la Représentation nationale s’inscrit en faux et y a apporté un démenti à travers une lettre de mise au point.

Dans son article titré « Daouda Mamadou Marthé emporte le parc auto de l’actuel ministère de l’Education nationale », l’auteur visiblement bien renseigné, s’est voulu très précis, indiquant que sur la quinzaine de véhicules emportés par l’ancien ministre, il y a : quatre du Projet 1 FAD, dont trois véhicules station wagon et un pick-up immatriculés 3210, 3211, 3212 et 3214 ; Six  du projet PADEN dont trois véhicules station wagon immatriculés  1713, 1714, 1715, 1716, 1717 et 1719 ; un véhicule V8 du Cabinet du Ministre immatriculé 8A3636 ; un véhicule immatriculé ARN8 9585 de la Direction des Etudes et de la Planification (DEP), deux véhicules du PRODEFA dont un véhicule station wagon et un pick-up, un bus presque neuf de l’IFEANF (Institut de Formation en Alphabétisation et éducation non formelle etc..

Une liste détaillée dans laquelle l’ancien membre du gouvernement ne se retrouve aucunement. Dans son courrier-démenti, Daouda Mamadou Marthé écrit : « D’abord je tiens à informer l’opinion nationale et internationale, que je n’ai emporté aucun véhicule de ce ministère à la cessation de mes fonctions le 4 décembre 2020 ». Et à celui qui siège actuellement à l’Assemblée Nationale de poursuivre : « la procédure de la réforme des biens de l’Etat est régie par les textes suivants : l’arrêté N°0308MF/SG/DGPE du 13 juin 2018 et la lettre N°0001500MF/DGPE/DPAN/GA du 29 Septembre 2020. Les dispositions de ces deux textes stipulent que c’est au comité mis en place par le ministère des Finances de juger l’opportunité de la vente et de la mise en prix des biens de l’Etat. Un ministre sectoriel, quel qu’il soit, ne peut se permettre de vendre à plus forte raison d’emporter les véhicules de l’Etat. Je n’ai acquis, ni directement, ni indirectement, lesdits véhicules » s’est défendu l’ancien Ministre de l’Education Primaire. Il fait ensuite savoir qu’il saisirait les juridictions compétentes pour juger « quant à la diffamation et au préjudice porté contre sa personne ».

Cette affaire de véhicules emportés survient au même moment qu’une autre portant sur des « méchouis de la République ».  Selon certains médias et sur les réseaux sociaux notamment ; il se rapporte que l’ancien locataire du Palais de la « Maison verte » exigerait de son successeur que lui soit lui livré chaque semaine de tendres et doucereux gigots de mouton. N’en ayant pas senti l’odeur au moment de leur livraison, Niameyinfo n’en dira pas plus à ce sujet.

Waliyullah Tajudeen pour niameyinfo.

One thought on “Accusé d’avoir « emporté » 14 véhicules du Ministère de l’Education nationale, l’ancien Ministre Marthé réplique

  • December 5, 2022 at 9:25 pm
    Permalink

    I don’t even know how I ended up here, but I thought this post was good. I do not know who you are but definitely you’re going to a famous blogger if you aren’t already 😉 Cheers!

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *