Niger : au moins 10 morts dans un accident de la route en direction d’Agadez

En matière de sécurité routière, le Niger reste un très mauvais élève. Les accidents de routes sont de plus en plus fréquents. Pas plus tard que ce dimanche 8 août 2021, au moins dix personnes ont été tuées et plusieurs autres ont été blessées dans un accident de la route entre Tabalak et Akoubounou, selon les sources locales. Les victimes sont dans un centre sanitaire de la région de Tahoua.

En effet, les accidents de la route sont très fréquents au Niger. Selon des statistiques du ministère des transports, près de 1000 personnes perdent la vie chaque année dans ces accidents. En 2019 le pays a occupé le 21ème rang en Afrique sur 34 pays classés avec 23,6 tués pour 100 000 habitants.  Le bilan d’insécurité routière de la même année est de   6.583 accidents corporels, 929 morts, 3.484 blessés graves et 7.5O4 blessés légers, parmi lesquels certains resteront handicapés à vie. Les jeunes dont l’âge est compris entre 2O et 39 ans représentent plus de 67 % de victimes. 

Le mauvais état des routes et des véhicules, excès de vitesse, téléphone au volant, effets de stupéfiants et de l’alcool ainsi que les jeux de courses entre les conducteurs (qui sont à l’origine de 60% des accidents) et le non-respect du code la route sont les principales causes de ces accidents.

Pour Lira Louve, internaute, qui a perdu sa tante et son bébé de quelques jours au cours de l’accident du dimanche dernier, les agences de voyage doivent faire preuve de plus de prudence. « Nos cœurs pleurent. Nous sommes découragés et l’envie de voyager disparait jour après jour » lance-t-elle.

Selon un autre un internaute, « on aime souvent jeter la pierre sur certaines compagnies de transport mais honnêtement on doit interpeller le gouvernement à vraiment revoir l’état de nos routes. Encore combien de vies humaines pour que ces routes soient vues comme une priorité ? N’importe quelle personne qui voyage sait que les routes sont vraiment impraticables surtout en cette période hivernale ».

Il est bien possible de prévenir les accidents de routes. Le gouvernement doit s’occuper de la sécurité routière d’une manière globale. Pour cela, il faut impliquer de multiples secteurs tels que le transport, la police, la santé, l’éducation et agir pour garantir la sécurité des routes, des véhicules et des usagers. Les interventions efficaces comportent la conception d’infrastructures plus sûres et l’intégration d’éléments de sécurité routière dans l’utilisation des sols et la planification des transports…

Akiné Fatouma pour niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.