Niger/Santé : la forte prévalence de l’Hépatite B au pays, plus que temps d’agir !

A l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre les hépatites virales, ce mercredi 28 juillet 2021, le Niger choisi le thème « L’hépatite ne peut pas attendre ». Un choix nullement fortuit, car comme l’alerte le ministre de la Santé publique, de la population et de l’action sociale, Dr. Idi Illiassou Mainassara, on constate une forte prévalence de l’hépatite B au Niger. Une implication de tous les acteurs concernés est plus que nécessaire afin de vaincre cette maladie.

En effet, dans le discours qu’il a livré à l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre les hépatites virales, Dr. Idi Illiassou Mainassara, ministre de la Santé publique, de la population et de l’action sociale, souligne que sur le plan épidémiologique « les données disponibles placent le Niger dans la zone de forte prévalence pour l’hépatite virale B et de moyenne prévalence pour l’hépatite virale C » avant de préciser que cette situation a été confirmée par des études réalisées chez la femme enceinte à la maternité Issaka Gazobi de Niamey, « avec une prévalence de 8,4 et 17,3%, en ce qui concerne l’hépatite B dont le virus se transmet le plus souvent de la mère à l’enfant à la naissance ou pendant la petite enfance ». Selon le ministre, comme l’indique le thème de cette année, «il y a nécessité de vite agir et sensibiliser la population sur l’hépatite et ses conséquences pour l’individu, la famille et la communauté ».

Rappelons que cette hépatite qui touche les régions du monde à des prévalences différentes est causée par cinq (5) virus différents, notamment « ceux responsables de l’hépatite A et de l’hépatite E transmissibles par voie orale, ceux de l’hépatite B et C se transmettant suite à une exposition au sang ou aux fluides biologiques et l’hépatite virale ». Aussi, on note que l’hépatite B qui attaque le foie affecte essentiellement la région Africaine et la région du Pacifique Occidental avec respectivement 6,2% (60 millions) et 6,2% (115 millions) de cas. « Quant à l’épidémie causée par le Virus de l’Hépatite C, elle n’épargne aucune région dans le monde. Les deux virus B et C sont la cause, la plus fréquente de décès, avec 1,3 million de vies perdues chaque année dans le monde », explique le ministre de la santé publique.

Le ministre Idi Illiassou Mainassara, a dans son intervention, souligné que les nourrissons particulièrement vulnérables, « dont 90% des cas infectés dès leur première année de vie en deviennent des porteurs chroniques, peuvent être protégés contre le virus de l’hépatite B grâce à un vaccin sûr et efficace conférant une protection supérieure à 95% contre l’infection. C’est pourquoi l’OMS recommande que tous les nourrissons reçoivent une première dose du vaccin contre l’hépatite B dès que possible après la naissance, de préférence dans les 24 heures, et qu’au moins deux doses supplémentaires soient administrées par la suite ».

Par ailleurs, il est à noter que le Niger est engagé, au plus haut niveau de l’Etat, dans la lutte contre les hépatites depuis l’adoption de la résolution sur le programme de développement durable à l’horizon 2030, en particulier l’objectif 3 des ODD, qui appelle expressément à prendre des mesures pour combattre les hépatites virales. « C’est ainsi que notre pays s’est aligné sur les cibles de la stratégie mondiale de lutte contre les hépatites à l’horizon 2030, à savoir : réduction de 90% des nouveaux cas d’hépatite B chronique et C ; réduction de 65% des décès liés aux hépatites B et C ; couverture de traitement de 80% pour les porteurs chroniques d’hépatite B et C éligibles », indique le ministre.

Au terme de son allocution, le ministre de la Santé publique, de la population et de l’action sociale a lancé un appel aux autorités administratives et coutumières, aux partenaires techniques et financiers, la société civile, les collectivités et à la presse à accompagner l’Etat dans pour « une lutte âpre contre cette maladie. C’est ensemble que nous arriverons à vaincre ce fléau ».

Akiné Fatouma pour niameyinfo.

10 thoughts on “Niger/Santé : la forte prévalence de l’Hépatite B au pays, plus que temps d’agir !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *