Energie : le Niger et trois pays de la sous-région envisagent une nouvelle dynamique à la réalisation du Projet Dorsale Nord de la Cédeao

Le lundi 26 juillet 2021, Niamey a accueilli, la réunion d’« actualisation des inventaires des biens et du recensement des personnes affectées par le projet WAPP Dorsale Nord au Niger, ainsi que le recensement de la ressource humaine qui sera affectée audit projet porté par la Commission des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ». Ces échanges au cours desquels interviennent les principaux acteurs à charge du tronçon de 420kms qui va traverser le Niger, a pour but aussi de rassurer les populations impactées relativement à leurs indemnisations proportionnellement aux pertes qui seront occasionnées dans le cadre de la réalisation de ce projet. Interconnecter les réseaux électriques du Nigeria, du Niger, du Bénin et du Burkina Faso, est l’objectif principal du projet WAPP Dorsale Nord de la Cédeao.

Au cours de sa prise de parole, M. Gado Salissou, directeur de l’électricité au ministère du Pétrole, de l’énergie et des énergies renouvelables a indiqué que la Dorsale Nord du projet WAPP rentre dans le cadre du système d’échange d’énergie électrique Ouest-africain. « Ce projet consiste à la construction d’une ligne de 330kv haute tension qui va transporter environ 600 Mégawatt sur 870kms et qui seront partagés entre les quatre (4) pays ». En attendant le rehaussement de la production des pays comme le Niger qui aspire à devenir exportateur d’énergie électrique à moyen terme, le Nigeria sera le principal fournisseur des pays de la Dorsale Nord pour le moment.

M. Gado Salissou souligne aussi qu’une fois ce projet réalisé et mis en œuvre à l’horizon 2024, il permettra aux pays concernés d’échanger de l’électricité. « Si au début c’est le Nigeria qui va fournir, avec l’évolution et le développement du réseau des autres pays, ils pourront aussi inter-changer l’énergie », insiste-t-il tout en ajoutant qu’« il convient, après le ralentissement des activités du projet WAPP Dorsale Nord, d’agir efficacement et rapidement pour être dans les délais impartis ».

On retient également de ses mots que l’impact économique immédiat de ce projet est de sécuriser l’approvisionnement en électricité dans la sous-région afin de venir à bout des coupures intempestives d’électricité. « Il permettra dans un premier temps au Niger d’avoir assez d’énergie pour compenser son déficit et plus tard de revendre dans le réseau l’excédent d’énergie que le pays aura sur les bras dans un avenir proche » dit-il.

Par ailleurs, pour Mme EKRA Niambé Marie Chantal, spécialiste en sauvegarde sociale du projet WAPP Dorsale Nord, ce projet « vise également la construction de cinq (5) postes de transformation dont trois (3) nouveaux postes qui seront construits (2 au Burkina Faso et 1 au Niger) et l’expansion de deux (2) postes, à savoir les postes de Gorou Banda et de Malanville. Les infrastructures qui seront réalisées au terme de ce projet vont permettre le transport de l’énergie électrique entre les 4 pays de la dorsale Nord ».

Pour rappel, le projet WAPP Dorsale Nord vise l’interconnexion des quatre (4) pays que sont le Nigeria, le Niger, le Burkina Faso et le Bénin. Cette interconnexion comprend la réalisation d’une ligne de haute tension qui va relier ces pays sur une distance de 875km. A partir du Nigeria, il sera réalisé une section de 62kms. La ligne haute tension va ensuite traverser le Niger sur environ 420kms. Elle rentrera au Burkina Faso sur 71kms, et redescendra, à partir de Zaboré, au Bénin où il sera réalisé une section de 12kms. Quatre (4) bailleurs de fonds financent ce projet. Il s’agit de la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, l’Agence française de développement et l’Etat Fédéral du Nigeria qui prendra en charge le dédommagement des personnes affectées au Niger par le projet.

Akiné Fatouma pour niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.