Impôts : le PAN appelle à une restructuration de l’Administration fiscale pour une meilleure contribution des citoyens

A l’occasion de l’ouverture de la 2ème session extraordinaire de l’Assemblée nationale au titre de l’année 2021, ce mercredi 14 juillet à l’hémicycle, plusieurs membres du gouvernement et Députés ont écourté leurs vacances pour prendre part à cette assise. L’ordre du jour de cette session a porté principalement sur l’examen et l’adoption du projet de loi sur la rectification de la loi de finances 2021, rectification rendue nécessaire par la configuration de certains départements ministériels, l’obtention des ressources additionnelles et la prise en charge de certaines dépenses supplémentaires

Au cours de son intervention, le président de l’Assemblée Nationale, Seyni Oumarou, a souligné en effet qu’en dépit de la qualité des prévisions budgétaires arrêtées en décembre 2020, « un réajustement est aujourd’hui indispensable pour adapter le budget général à la mandature qui démarre ». Selon le PAN, il sera certainement nécessaire de revoir « la répartition des précédentes allocations budgétaires consenties aux différentes missions de l’Etat et également tenir compte des contraintes de fonctionnement que connaissent certaines institutions » lance-t-il tout en ajoutant que quoi qu’il en soit, « il nous faut travailler à plus de rationalité dans l’emploi des ressources publiques par une affectation encore plus judicieuse des crédits budgétaires ».

A cet égard, Seyni Oumarou compte sur l’esprit de discernement et de responsabilité de ses collègues pour que l’examen du projet de loi portant première rectification de la loi de finances 2021 débouche sur des choix pertinents permettant à l’Etat de bien fonctionner tout en mettant en œuvre des mesures incitatives pour l’économie nationale.

Pour lui, il s’agit surtout de créer les meilleures conditions possibles permettant au Gouvernement d’entamer l’exécution des programmes faisant l’objet des sept axes de la Déclaration de politique générale du Premier Ministre, dès l’exercice budgétaire prochain. « A cet effet, j’exhorte le Gouvernement à poursuivre les reformes déjà engagées afin d’accroitre le rendement de la fiscalité interne ainsi que celui de la fiscalité de porte. Aussi, faut-il accorder une attention particulière au contrôle de l’administration fiscale dans tous les segments du tissu national, la modernisation des procédures de la télé déclaration et la facturation électronique de la T.V.A comme le prévoit le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2022-2024 » fait-il savoir.

Par ailleurs, le Président de l’Assemblée Nationale a aussi rappelé qu’il n’y a pas que l’Administration fiscale qui a besoin de restructuration ; « tous les autres démembrements de l’Etat ont besoin de s’adapter à la vision du Président de la République S.E.M Mohamed BAZOUM afin que la prospérité de notre pays que nous appelons de tous nos vœux, devienne une tangible réalité et que nous nous engagions, plus résolument, sur le chemin de l’émergence ».

A la fin de son allocution, le PAN a de nouveau demandé à ses collègues députés d’examiner avec efficacité le seul point inscrit à l’ordre du jour, dans la sérénité et la bonne humeur. Ainsi fut  ouverte la deuxième session extraordinaire de la 3ème législature de la 7ème République au titre de l’année 2021.

Akiné Fatouma pour niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.