Niger/BEPC 2021 : pour éviter les « fuites », les épreuves convoyées par avion et « sous escorte militaire »

Initialement prévu pour le 22 juin dernier, le démarrage des examens du Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC) a été reporté à ce mardi 6 juillet 2021. « Des fuites réelles des sujets » selon une déclaration du Ministère en charge de l’Education nationale, avaient motivé ce report. Cette fois-ci, les autorités nigériennes n’ont pris aucun risque. Les caisses contenant les épreuves seront escortées par les forces de l’ordre dans les différents centres d’examen sur toute l’étendue du territoire national.

Dans son message marquant le lancement officiel des examens du Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC), le Ministre de l’Education National, Dr Rabiou Ousman a annoncé que « cette année au total 150.663 candidats, dont 71.200 filles, représentant 47,26%, composeront dans 388 centres repartis sur l’ensemble du territoire national ». Les 150.663 candidats qui iront à l’assaut de ce diplôme qui leur ouvrira les chemins du lycée, assisteront à une scène plutôt inhabituelle. L’arrivée de leurs épreuves sous bonne garde des forces de l’ordre. Ainsi en ont décidé les responsables en charge de l’organisations desdits examens pour éviter les « fuites ».  

Dr Rabiou Ousman informe que « dans le cadre de l’organisation du BEPC, session 2021, son département ministériel a pris toutes les dispositions pour garantir des examens propres et renforcer la crédibilité de nos diplômes, notamment l’acheminement pour la 1ére fois, par vols aériens des épreuves du BEPC dans les régions d’Agadez, Diffa, Maradi, Tahoua, et Zinder et de leur escorte par les forces de l’ordre vers les autres régions ». Il ajoute que « les caisses contenant les épreuves sont escortées dans les services de la gendarmerie et des commissariats, au niveau régional, par les forces de l’ordre, et cela jusque dans les centres secondaires du BEPC ».

La HALCIA, Haute autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées a également joué sa partition en étant impliqué dans toute la chaîne, depuis le colisage des enveloppes contenant les épreuves jusqu’à leur acheminement dans les centres.

Le Ministre de l’Education nationale en appelle en outre à plus d’abnégation et de rigueur dans le respect strict de la réglementation en vigueur. Une exhortation faite à l’endroit des présidents des centres et des jurys de correction, des surveillants des salles et des membres des secrétariats. S’agissant des candidats, Dr Rabiou Ousman leur a fait savoir qu’ils ne devaient « compter que sur eux-mêmes, plutôt que de céder à la tentation de la facilité par la fraude » car, a-t-il averti, « toute indélicatesse sera sévèrement sanctionnée conformément aux textes en vigueur ». Un candidat avertit en vaut 150.663.

Waliyullah Tajudeen pour niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.