Côte d’Ivoire : la communauté nigérienne victime de violentes représailles suite à la diffusion d’une fausse vidéo

Des ressortissants nigériens ont été pris à partie par des manifestants ivoiriens ce mercredi dans plusieurs quartiers d’Abidjan en Côte d’Ivoire. Selon les informations, tout est parti de la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo faussement interprétée. On dénombre plusieurs blessés dont des cas graves mais également des dégâts matériels importants.

C’est la stupeur et surtout la psychose au sein de la communauté nigérienne à Abidjan, la capitale économique de la Cote d’ivoire. Durant toute une bonne partie de cette journée de mercredi, des manifestants survoltés se sont pris aux ressortissants nigériens dans plusieurs quartiers de la ville où des commerces et autres biens appartenant aux nigériens ont été pillés et saccagés notamment à Abobo ou à Anyama.

Infox et manipulation

Selon les informations, tout serait parti d’une vidéo non datée mais pas récente qui circule sur les réseaux sociaux depuis la matinée. L’élément filmé de moins de trois minutes présente des individus, torses nus presque couchés à même le sol, se faisant frapper par des hommes en uniforme. On ne sait pour quelle raison, des individus malintentionnés ont présenté la scène comme des jeunes exodants ivoiriens se faisant tabassés par des militaires nigériens. Aussitôt après la diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux, des manifestants surexcités, pour la plupart des jeunes, ont commencé à s’en prendre à des ressortissants nigériens en guise, disent-ils, de représailles.

L’interprétation de la vidéo est évidement fausse puisque facilement, plusieurs sources ont pu démontrer avec preuves à l’appui qu’il s’agit d’une vielle vidéo et que la scène ne s’est pas déroulé au Niger. Les victimes ne sont pas aussi des ivoiriens comme il s’est avéré  par la suite. 

Malgré les démentis et les appels au calme ainsi que le déploiement des forces de sécurité, les violences contre les ressortissants nigériens, les « aoussas », ainsi que leurs biens se sont étendues à plusieurs quartiers.

Des vidéos choquantes et des images atroces relayées sur les réseaux sociaux témoignent de l’ampleur des violences xénophobes dont les ressortissants nigériens ont été la cible. Des témoignages sur la psychose qui règnent au sein de la diaspora nigérienne ont été également relayés sur les réseaux. Des images chocs qui ont indigné plus d’un au Niger, en Côte d’ivoire et au delà.

Plusieurs blessés dont des cas très graves ont été enregistrés et certaines sources non vérifiées avancent même qu’au moins une personne serait décédée dans les affrontements. A l’heure où nous mettons cet article en ligne, le gouvernement ivoirien ainsi que les autorités nigériennes n’ont pas encore officiellement réagi et aucun bilan fiable n’est disponible. En début de soirée, l’accalmie est relativement revenue mais c’est toujours la peur chez la communauté nigérienne. « Je suis resté au travail et je vais aller chez un ami car j’ai peur de rentrer chez moi ou même de me retourner dans mon quartier », nous a confié S.A, un commerçant nigérien installé depuis des années au pays d’Houphouët Boigny qui a été contacté par Actuniger.

Sources:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.