Niger : une vingtaine d’élèves calcinés suite à un incendie, où se situent les responsabilités ?

Le 13 avril 2021 à Niamey, premier jour du Ramadan 2021, a été marqué par une triste nouvelle. Suite à un incendie dans une école de niveau primaire du quartier Pays-Bas, on déplore le décès tragique d’au moins 20 élèves. Un incendie qui n’est point le premier dans cette école selon des témoignages.

En effet, selon le secrétaire général du Syndicat National des Agents Contractuels et fonctionnaires de l’Education de Base (SYNACEB), cette catastrophe qui s’est déclenchée aux environs de 16h a engendré l’incendie d’au moins 27 classes en paillotes, la mort d’une vingtaine de personne et plusieurs blessés. Les dégâts en pertes humains auraient été plus importants n’eût été le secours des riverains et des sapeurs-pompiers qui ont utilisé trois (3) fourgons, un (1) camion-citerne et une (1) ambulance.

Le Premier ministre et chef du gouvernement Ouhoumoudou Mahamadou, accompagné des Ministres en charge de l’éducation s’est rendu sur le lieu. Pour le moment les causes de l’incendie n’ont pas encore été connues et le bilan reste provisoire, une enquête est en cours. Cependant, le premier ministre a promis que « si c’est un crime, les auteurs seront poursuivis ».

Pour Birdson Dan’sounsou Zoubair, activiste, avocat des droits humains/femmes, filles et enfants, l’incendie était bel est bien évitable si « le COGES, avait été assez responsable à prendre les précautions et les mesures nécessaires pour éviter un 3eme incendie dans cette même école ou a eu lieu cette tragédie nationale ». En effet, en espace de 4 ans le même établissement vit son troisième « piège du feu ». Selon un témoin, la dernière fois, la source de l’incendie provenait d’une batterie solaire accrochée en haut d’un poteau qui a pris feu et à éclater. Les débris sont tombés sur les classes en paillotes, d’où la prise de feu.

Manifestant sa colère un des parents d’élèves qui s’était rendu sur les lieux, a lancé : « Nous avons demandé à plusieurs reprises au COGES de nous éviter les classes en paillotes dans l’école, nous avons rappelé au COGES des incendies que cette école a connu dans le passer, mais tout ce qu’ils nous demandaient c’était de payer de l’argent pour faire ces classes en paillotes dans le désordre et ceux la même dans la rue, tout autours de l’établissement ». « Trois incendies en quatre ans dans une même école. Un tribunal aura beaucoup de difficultés à plaider en faveur d’une telle irresponsabilité qui semble être protégée par un intérêt quelconque qui n’est pas celui de la sécurité des écoliers ni de leur avenir » poursuit-il.

Pour Zoubair, malheureusement, la négligence des responsables restera impunie, et « comme d’habitudes » les familles et le peuple se fieront à Dieu voir même lui attribuer la cause de ce crime. « Nous prierons, les morts, présenterons nos condoléances et oublierons en faisant place aux émotions plutôt qu’aux solutions ».

L’autre aspect très important, selon l’activiste est qu’au Niger, les communautés ne sont pas impliquées dans la gestion de leurs écoles. « Nous nous contentons tout simplement d’envoyer nos enfants à l’école, alors que nous échouons dans leurs entretiens localement » dit-il tout en précisant qu’au Niger « 25% des écoles ont des classes en paillotes ».

Enfin, Birdson Dan’sounsou Zoubair conclu son témoignage par un cri de cœur. « Le cœur très affligé, nul ne peut imaginer la douleur d’un parent qui perd tragiquement son enfant à l’école, a cause d’une irresponsabilité administrative. Mon seul espoir reste et demeure la parole d’un nouveau président de mon pays qui a promis un changement dans le comportement administratif de mon pays ».

Notons aussi qu’a cette occasion, le comité Directeur de l’Union des Scolaires (CD/USN) a lancé un mot d’ordre de 24h de suspension de toutes les activités académiques pour la journée du 14 avril 2021 sur toute l’étendue du territoire national afin de partager une vive compassion à l’endroit des familles endeuillées et prier pour le repos des camarades disparus.

Puissent les âmes des disparus retrouvent la paix éternelle et prompt rétablissement aux blessés.

Akiné Fatouma pour niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.