Niger : Le CESOC clôture la première session ordinaire au titre de l’année 2021 et formule des recommandations

Les travaux de la première session ordinaire au titre de l’année 2021, ayant duré quinze jours ont pris fin ce lundi 29 mars 2021 au Palais des Congrès de Niamey. Au cours de ces travaux, les membres de l’institution républicaine ont abordé six (6) principaux thèmes à travers “un débat ouvert, riche et particulièrement prolifique et des recommandations qui en sont issues”.

Au cours de la cérémonie ayant servi de clôture à cette session, les Conseillers ont rendu une déclaration sur le contexte sécuritaire du pays, notamment dans la région de Tillabéry et de Tahoua et sur le barrage de Kandadji.

Selon le président par intérim du CESOC, M. Soumaila Bagna, la question de la paix et la cohésion sociale « reste non seulement d’actualité, mais aussi d’une urgence absolue à solutionner et le CESOC, pour sa part, contribuera au renforcement de la communication avec les populations et suggère d’approfondir les recherches des causes réelles de l’insécurité ».

Le CESOC a notamment suggéré de rendre les conseils locaux de sécurité plus participatifs et partant plus efficaces, d’accélérer le processus de révision des textes afin d’y inclure à juste titre les représentants des populations que sont les chefs traditionnels et les élus locaux. Les Conseillers ont aussi souligné la nécessité de marquer la présence de l’Etat et de ses démembrements partout où le besoin s’impose. 

Relativement à la lutte contre la corruption, le président du CESOC a annoncé que son Institution s’emploiera à appuyer la HALCIA dans la conception des stratégies de lutte contre la corruption.

Sur le dossier du barrage de Kandadji, son inscription à l’ordre du jour de cette session du CESOC aura été sans conteste d’une grande utilité”, en ce que l’exposé des motifs sur les hauts et les bas qu’a connu le dossier durant de longues années a conditionné une visite sur le terrain, qui aura permis de constater de visu les progrès réalisés. 

« Quant à l’économie verte, nous sommes désormais unanimes à reconnaitre qu’elle s’intègre au cadre général du respect de l’environnement et de l’écosystème et le CESOC encourage vivement la création d’emplois verts décents », a déclaré son président par intérim.

Enfin le Conseil a recommandé au Ministère en charge de la question d’assurer une régularité et une multiplication des inspections des formations sanitaires, après avoir abordé le thème relatif à l’accès des populations aux services de santé de qualité.

Il est à noter que le CESOC a pour mission fondamentale d’assister le Président de la République et l’Assemblée Nationale dans les domaines économique, social et culturel, à l’exception des lois des finances. Il peut aussi initier et proposer à l’Exécutif ou au Parlement des réformes dans les domaines économique, social et culturel. C’est dans ce sens que la cérémonie de clôture de cette première session, s’est déroulée en présence des Présidents des Institutions de la République, des Membres du Corps diplomatique, ceux du Gouvernement et des conseillers membres du CESOC.

Hamadou Moussa Fatahou pour Niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.