Le « Consommons local » au menu d’un panel avec la 1ère dame Hadjia Aissata Issoufou comme figure de proue

A l’initiative du Ministère du Commerce et de la Promotion du secteur Privé et du bureau sous régional de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), il a été organisé le jeudi 22 octobre 2020 à Niamey, une table ronde. Ce panel présidée par la 1ère dame Hadjia Aissata Issoufou, présidente de la Fondation Guri Vie Meilleure et marraine de «Consommons local», placé sous le thème «Booster la production locale : promouvoir le label made in Niger dans le cadre de la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA)». Cette rencontre a eu pour objectif, la création d’un espace de dialogue entre les différents acteurs producteurs, investisseurs, consommateurs locaux. Mais aussi celui de faire un plaidoyer auprès des décideurs pour créer les conditions de la promotion de l’économie locale.

Dans ses propos introductifs, à l’ouverture du panel, la marraine de «Consommons local», la 1ère dame Hadjia Aissata Issoufou a indiqué que ce cadre d’échange met en avant une thématique hautement importante pour la prospérité du Niger.   « Ce mois d’Octobre considéré comme le mois du «consommons local» doit être un moment de réflexion inclusive sur les défis et les obstacles à la consommation des produits locaux et aussi un moment d’envisager les mécanismes de promotion des produits. En m’engageant aujourd’hui aux côtés des producteurs et productrices nigériens, mon ambition est de promouvoir une culture de consommation focalisée sur ce que nous produisons, de faire de la promotion des produits locaux, une priorité du gouvernement nigérien», a dit Hadjia Aissata Issoufou.

L’Ambassadrice du « Consommons Local » a également posé un diagnostic qui illustre la faiblesse de consommer local. Pour  Hadjia Aissata Issoufou, c’est l’ouverture des marchés résultant de la libéralisation de l’économie qui a contribué à l’accroissement de la demande et au changement des habitudes d’achat des consommateurs nigériens qui préfèrent les produits importés aux produits nationaux..

En effet, cette situation provoquée par l’insuffisance de la production locale, est à l’origine de fréquentes ruptures de stocks au Niger. A cela s’ajoute l’image peu valorisée des produits locaux  et cela ne milite pas en faveur de leur promotion, a souligné la Première Dame avant de poursuivre  : « C’est pour trouver des solutions durables que ce Panel de haut niveau rassemble tous les acteurs concernés afin d’identifier les problèmes rencontrés par les produits locaux, mais aussi les leviers sur lesquels l’Etat doit agir pour augmenter, à la fois, l’offre et la demande». « Je suis convaincue qu’avec nos capacités de production et d’innovation technologique, notre savoir-faire, nous pourrons sûrement nous acheminer vers ce que nous pourrons appeler le ‘’ consommer local’’», a affirmé la marraine du «Consommons local».

Par ailleurs, la 1ère Dame a rappelé que pour favoriser le «consommer local», «  il faut que nos produits soient compétitifs. Et pour y arriver, il faut nécessairement que ceux qui les produisent soient, avant tout, formés et encadrés », avant de soutenir que : « le Ministère de la Formation professionnelle et tous les départements chargés de l’enseignement, de l’éducation, de la recherche doivent s’approprier cette marche du ‘’Consommer local’’, car l’avenir est dans la production et la transformation locales».

A sa prise de parole, la Directrice du Bureau Sous Régional pour l’Afrique de l’Ouest de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (BSR/AO-CEA), Ngone Diop, a souligné que la CEA encourage et accompagne le Niger dans sa volonté d’accélérer son développement industriel et la transformation structurelle de son économie. «C’est dans cette perspective que nous avons manifesté notre disponibilité immédiate et totale à soutenir le 100% made in Niger et le lancement de la campagne consommons Nigériens», a-t-elle affirmé.

Ce panel auquel ont pris part le Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, le Ministre de l’Industrie Mallam Zaneidou Amirou, les acteurs en charge de l’agriculture, de la culture, de l’artisanat, du commerce, de l’industrie, de la formation professionnelle, des nouvelles technologies et de l’information, était riche en échanges. Il permettra aux producteurs de mieux s’adapter pour la conquête des marché locaux, ainsi favorisés une atteinte effective des objectifs  de l’initiative «Consommons local».

Hamadou Moussa Fatahou pour Niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.