Agriculture : des centaines d’hectares de mil infestés par la chenille mineuse dans la région de Tahoua

En cette période favorable à l’agriculture, alors que les cultivateurs nigériens s’apprêtaient à procéder à l’étape de récolte, ils ont fait le constat amer d’une infestation des cultures par la chenille mineuse dans plusieurs localités de la région de Tahoua. C’est M. Tassiou Ousmane, Directeur départemental de l’agriculture de la dite région qui en a fait part à la presse ce mercredi, 16 Septembre 2020.

Nombreux sont les villages qui sont affectés par l’infestation, les dégâts sont considérables, au point où il n’était plus possible d’agir dans les champs attaqués. Ce qui explique la récolte précoce dans certaines  localités ce, pour éviter de perdre de la production.

En effet, il n’existe pas de riposte effective contre la chenille. Toutefois l’on peut utiliser la biologie pour riposter aux attaques ou retarder les cultures afin d’éviter l’attaque de la mineuse précise M. Tassiou Ousmane.    « La chenille mineuse de l’épi de mil attaque souvent les semis précoces de mil et il n’y a pas de lutte chimique efficace de nos jours. L’un des moyens  de la combattre est d’engagé une lutte biologique. C’est-à-dire, il y a des insectes appelés habrobracons qu’on lâche dans les champs attaqués par la mineuse afin de la faire disparaitre»,  explique le Directeur départemental.

Néanmoins dans certaines localités, l’on a procédé à la riposte contre l’infestation en lâchant les insectes pouvant lutter efficacement contre l’infestation des cultures par la mineuse dans les champs de mil. Il s’agit notamment de Bambey et Taza où les habrobracons sont en train d’être utilisés.

La seconde alternative, selon toujours le Directeur régional de l’agriculture : « c’est de retarder les premiers semis, c’est à dire les semis effectués au mois de mai où ils sont susceptibles d’être attaqués par la mineuse. C’est là, la méthode la moins coûteuse et efficace, mais difficile à comprendre par les producteurs à cause de considérations socioculturelles. »

Notons que les départements de Bouza, Madaoua, Illéla et Bagaraou de la même région sont aussi concernés par ces attaques de la chenille mineuse. Pour finir, les  dispositions à prendre pour éviter d’être attaqués par cet insecte dévastateur des cultures sont entre autres la temporisation des semis précoces et le respect du décalage. C’est ce rappel qu’a tenu à faire le directeur Départemental aux cultivateurs et producteurs du mil.

Hamadou Moussa Fatahou pour Niameyinfo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.