Retard exagéré dans les salaires : les enseignants lancent une grève illimitée

Le Bureau Exécutif du Syndicat National des Enseignants-chercheurs et Chercheurs du Supérieur (BE/SNECS) de la section de Niamey a lancé un mot d’ordre de cessation d’activités universitaires à compter de ce mercredi 09 octobre 2019 jusqu’à la satisfaction de leurs revendications nous renseigne un communiqué datant du mardi 08 octobre 2019.

Ce mot d’ordre de cessation de toutes activités universitaires (cours, encadrements, évaluations, soutenances et délibérations) lancé par le Bureau Exécutif de section SNECS, est dû à la non satisfaction de leurs revendications portant notamment sur le paiement tardif de leurs salaires. Selon leur communiqué, depuis l’instauration du compte unique du trésor, les Enseignants-chercheurs et Chercheur du Supérieur perçoivent leurs salaires avec un retard qui peut aller jusqu’à trois semaines.

En effet, le préavis de cessation d’activités déposé le 04 octobre 2019 dernier revendiquant le paiement du salaire du mois de septembre 2019 n’a pas été pris en considération par les autorités. Aussi, considérant, que le salaire est un droit inaliénable et que son paiement ne doit souffrir d’aucun retard, le SNECS s’est vu dans l’obligation de recourir à la grève pour faire rentrer ses membres dans leur droit. A en croire le Bureau exécutif du syndicat enseignant, ce débrayage ne sera interrompu que quand leurs revendications auront trouvé satisfaction. Il indique rester ouvert au dialogue tout en demandant à ses militantes et militants de rester unis et mobilisés.

L’année académique 2019-2020 démarrée le 09 septembre dernier, ne dérogera donc pas à la règle. Elle sera comme les précédentes, émaillée de mouvements d’humeur des enseignants dues aux mauvais traitements dont ils sont l’objets. Le niveau de l’éducation en prend un sacré coup au Niger. Il urge donc qu’au sommet de l’Etat, des mesures idoines soient prises pour garantir une année scolaire stable et que les étudiants puissent reprendre le chemin des amphithéâtres.

Mina Abda (stagiaire) pour Niameyinfo

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*