Rapatriement des biens culturels africains à l’étranger : le Niger aux avant-postes

Le Ministre nigérien de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Assoumana Malam Issa, a présidé les 17 et 18 juillet, une réunion de haut niveau des Ministres de la Culture des pays membres de la CEDEAO. La rencontre qui s’est tenue à Cotonou au Bénin avait pour objectif de définir un plan d’action en vue de rapatriement des biens culturels africains détenus à l’étranger.   

Rien qu’en France, quelque 90 000 pièces issues du patrimoine culturel africain sont exposées dans les musées nationaux. A cela, il faut ajouter des milliers d’autres qui dorment dans les musées allemands ou belges ou encore ceux non répertoriés. En novembre 2018, Paris a annoncé vouloir restituer un certain nombre d’objets d’arts, prises de guerre de l’armée française en 1892, que réclamaient les autorités béninoises. La France relançait ainsi le débat sur la restitution des objets d’art africain pillés par l’armée coloniale à leur pays d’origine. En Afrique de l’Ouest notamment, si l’on s’est réjouie de cette nouvelle, on veut s’y préparer au mieux et définir un plan d’action commun. C’est dans cette optique qu’une réunion ministérielle présidée par Assoumana Malam Issa, Ministre nigérien de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, s’est tenue les mercredi 17 et jeudi 18 juillet dans la capitale béninoise.

Les travaux et échanges des Ministres de la Culture des pays ouest-africains, ont consisté à se doter d’une politique commune afin de parler d’une seule et même voix. Les bases de celle-ci ont été jetées à Cotonou et devront se solidifier avec le partage d’expérience et d’informations. Cette approche commune ne doit aucunement entraver les efforts bilatéraux entrepris par certains pays, pour se voir restituer leurs œuvres, informe-t-on. Le plan d’action de la CEDEAO en vue de rapatriement des biens culturels africains détenus à l’étranger sera officiellement adopté lors du prochain sommet de l’organisation en décembre 2019 à Abuja.

Mais en attendant, certains pays se préparent déjà à accueillir ces œuvres. En effet, de tout temps, la question de la conservation a longtemps été un frein au retour de ce patrimoine culturelle sur le Continent. Aussi, au Bénin, cinq musées sont en chantier dont celui des Rois d’Abomey et des Amazones, qui ouvrira ses portes en 2020. A Abidjan, le musée des Civilisations a rouvert en 2017 après avoir été entièrement rénové et modernisé. Dakar n’est pas du reste avec le Musée des Civilisations Noires qui est ouvert au public depuis fin 2018. On ne pourra donc pas dire que l’Afrique n’est pas prête au retour de ses trésors culturels longtemps restés loin de ses terres.

Waliyullah Tajudeen pour Niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*