Présidentielles : la CAP 20-21 réfute les résultats du 1er tour du scrutin et appelle à un sursaut patriotique pour le 2ème tour

L’opposition nigérienne à travers la Coalition pour une Alternance Démocratique (CAP 20-21), avec à sa tête l’ancien président Mahamane Ousmane soutenu par le chef de file de l’opposant Hama Amadou, en tout 18 partis d’opposition, a dans une déclaration rendue publique le lundi 11 janvier 2021 au Palais des Sports de Niamey, dénoncé des fraudes lors du scrutin du 1er tour des élections présidentielles couplées aux législatifs, du 27 décembre 2020 au cours desquelles les Nigériens se sont mobilisés à un taux inégalé de 69.67%. A cet effet, elle  réfute les résultats proclamés par la Cour Constitutionnelle et appelle à une réorganisation dans les localités concernées par les fraudes et dans celles où  le vote n’a pas eu lieu pour cause d’insécurité. Dans cette même déclaration, la CAP 20-21 invite leurs partisans à une nouvelle mobilisation pour le second tour des élections présidentielles prévues pour le 21 février 2021.

Annoncée dès le lendemain de la proclamation des résultats du 1er tour des élections couplées aux législatives du 27 décembre dernier, la déclaration de la coalition 20-21 qui a soutenu l’ancien président Mahamane Ousmane est connue depuis ce lundi. Le regroupement de 18 parts d’opposition réfute catégoriquement les résultats de ce 1er tour du scrutin qui a vu son poulain obtenir 16, 99% contre 39,33% pour le candidat du parti au pouvoir Mohamed Bazoum. Mais avant tout la coalition a tenu à remercier les Nigériens qui ont porté leur choix sur son candidat. Au cours du 1er tour des élections les Nigériens se sont mobilisés avec « enthousiasme et abnégation avec un sens élevé de civisme pour faire face à la fraude multiple et massive »

« C’est avec la même détermination et enthousiasme que le peuple nigérien est prêt à faire face à toutes les manœuvres et autres obstacles tendant à pervertir son expression et détourner ses suffrages », souligne la déclaration.

L’opposition fait part d’une fraude grossièrement étalée lorsque dans certaines contrées des armes à feu ont été utilisées contre des électeurs et le personnel électoral afin de procéder au bourrage des urnes. « La célérité avec laquelle l’opération dite de vote a été menée et la vitesse de transmission des résultats au niveau national révèlent qu’il y a anguille sous roche », poursuit la coalition dans sa  déclaration.

Au vu de tout ceci, la coalition CAP-21 estime que « le bon sens, la chose du monde la mieux partagée chez les humains, ne peut admettre ni accepter de tels résultats comptabilisés par la CENI et transmis tels quels à la Cour Constitutionnelle »

Si  cette fraude massive a été possible, et rondement menée, c’est surtout parcequ’elle  « a bénéficié de la complicité manifeste de présidents de commissions électorales nommés à dessein », précise la coalition CAP-20-21. 

En conséquence de tout ce qui précède, l’opposition politique a décrié et condamné la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) dont « la complicité est manifeste à travers le choix arbitraire des présidents des commissions et sa complaisance coupable dans le libre accès du PNDS aux documents électoraux ».

La CAP 20-21 exige « l’’annulation des résultats de Tahoua et des zones nord Maradi, nord Zinder, la reprise sous la surveillance de l’armée parce que c’est un corps véritablement respectueux de la réserve que lui impose la loi, elle est aussi capable de sécuriser les électeurs et les délégués dans les territoires cités ci-avant ».

L’opposition nigérienne a également à l’issue de cette déclaration, rappelé  le Président Issoufou Mahamadou à son serment ainsi que son devoir de protecteur des citoyens.Qu’il prouve «  qu’il peut joindre l’acte à la parole en mettant à disposition l’armée pour la sécurisation des votes dans certaines contrées et assurer la quiétude du vote dans d’autres ».

La coalition CAP 20-21 et alliés lancent un appel de responsabilité civique à toutes les forces politiques du Niger ainsi qu’à toutes les associations, les syndicats et à tous les Nigériens jaloux de l’indépendance du Niger, de se joindre à leur combat dont le noble objectif est la libération du pays. «  Autant le coup KO a échoué, autant le candidat en conflit avec l’article 47 de la Constitution ne sera accepté pour diriger notre pays le Niger », a déclaré  la coalition  Cap 20-21.

Selon les partis membres de la CAP20-21, l’alternance constitue pour le Niger, la solution alternative la plus souhaitable, autrement le pays va vivre une fois de plus, les tragédies de l’instabilité  et de la confusion sans fin. « Ce n’est pas un combat au profil d’un candidat, mais le combat pour un sursaut national destiné à sauver la nation nigérienne », précise la coalition.

Au cours de cette rencontre des partis membres de la CAP 20-21, nombreux ont été les messages des opposants nigériens. Il est à noter que cette déclaration intervient à seulement quelques jours du post sur les réseaux-sociaux de l’opposant Hama Amadou soulignant le caractère frauduleux du 1er tour du scrutin présidentiel. La CAP 20-21 a réaffirmé son soutien à la candidature de l’ancien président Mahamane Ousmane pour le second tour des élections présidentielles prévu en février prochain.

Hamadou Moussa Fatahou pour Niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*