Mouvement pour la Renaissance du Niger : 9 ans après, le bilan !

Le Conseil des Ministres tenu le 13 mars dernier a examiné et adopté le Bilan des 9 ans de mise en œuvre du Programme de Renaissance. L’élaboration du bilan des 9 ans de mise en œuvre du Programme de Renaissance s’inscrit dans le cadre du respect des engagements du Président de la République à partager les résultats de son mandat. Ce document vise à faire le point des principales réalisations de ce programme et l’évolution des principaux indicateurs sur la période. 

Ce bilan a été élaboré sur la base de la mise en œuvre pendant des 8 ans du Programme de Renaissance et du rapport annuel de performance de l’action gouvernementale au titre de l’année 2019. 

Il s’articule autour des 8 axes suivants : – promouvoir la renaissance culturelle ; – promouvoir la consolidation des institutions démocratiques ; – assurer la sécurité des personnes et des biens ; – garantir l’accès à l’eau potable pour tous ;  – assurer la sécurité alimentaire à travers l’Initiative 3N ; – développer les infrastructures économiques ; – développer les secteurs sociaux ;  – promouvoir l’emploi des jeunes. 

Le bilan indique que les efforts réalisés ont permis d’enregistrer des avancées significatives dans plusieurs domaines, malgré les défis sécuritaires, climatiques et démographiques. Il faut souligner notamment à titre illustratif, qu’en matière d’accès à l’eau potable, la construction et la réhabilitation des ouvrages hydrauliques ont permis d’améliorer les indicateurs de couverture et d’accès en milieu rural. 

En milieu urbain, les travaux d’extension du réseau en eau ont permis d’améliorer le taux de desserte de 73,7% en 2010 à 95,62% en 2019, dépassant ainsi l’objectif du Programme de Renaissance fixé à un taux de 95% en 2021. 

En outre, des progrès remarquables ont été réalisés dans le domaine du développement rural, de la mobilisation de l’eau, de l’aménagement des superficies cultivables et de l’amélioration de la productivité des écosystèmes dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative 3N. 

En matière de développement des infrastructures et services économiques, il faut noter la construction de 1114,39 km de routes bitumées et la réhabilitation de 728,91 km de routes bitumées, la réalisation de grands ouvrages comme les échangeurs et la modernisation de l’Aéroport international Diori Hamani de Niamey. Dans le secteur de l’éducation, les indicateurs d’accès et de qualité de tous les niveaux d’enseignement ont globalement connu des améliorations. Dans le sous-secteur de l’éducation primaire en particulier, les effectifs des élèves sont passés de 1.726.452 en 2010 à 2.666.748 en 2019 soit une progression de 54,5% ; ce qui a permis de porter le taux brut de scolarisation (TBS) de 63,5% à 69,8% sur la période. 

En matière de santé, les efforts portant notamment sur le renforcement des infrastructures sanitaires et la poursuite des efforts de délivrance de services de proximité ont permis d’améliorer le taux d’accès aux services de soins de 45,3% en 2010 à 51,35% en 2019. 

Danguida Almoustapha pour Niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*