Mali : la sœur de Soumaïla Cissé interpelle son « frère », le Président IBK

Le Chef de file de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé, enlevé le 25 mars dernier entre Saraféré et Koumaïra, dans le Cercle de Niafunké avec certains de ses collaborateurs qui ont, entre-temps été libérés, est toujours entre les mains de ses ravisseurs. Au sein de sa famille politique, l’Union pour le République (URD), mais surtout au sein de sa famille biologique, l’inquiétude est à son summum sur les conditions de sa détention mais surtout sur les négociations entamées pour sa libération. Si le Président malien, Ibrahim Boubacar Keïta a nommé un ancien Premier Ministre Ousmane Issoufi Maïga à la tête d’une cellule de crise, pour mener les tractations, les choses n’avanceraient pas vite selon les proches de l’opposant. En témoigne une touchante lettre adressée à IBK par la sœur de Soumaïla Cissé.

Ci-dessous, le courrier :  

CRI DE COEUR DE LA SOEUR DE SOUMAILA À SON FRÈRE IBK

Cri de cœur d’une Sœur a son Frère

A mon frère Ibrahim Boubacar Keita

C‘est très désespérée que je m’adresse à toi aujourd’hui Grand Frère puisque c’est ce que tu es pour moi car Bocar Cissé, mon père, t’avait ainsi présenté à toute la famille, comme étant son fils aîné.

Ibrahim, ton frère cadet Soumaïla a disparu depuis 36 jours sans aucune nouvelle ni aucun signe de vie.

Depuis 36 jours, tes sœurs ne dorment plus

Depuis 36 jours, tes sœurs ne mangent plus

Depuis 36 jours, tes sœurs ne font plus que pleurer

Depuis 36 jours, ta belle-sœur est inconsolable

Depuis 36 jours, tes neveux sont inconsolables.

Depuis 36 jours, tes neveux sont nostalgiques de leur Oncle.

Depuis 36 jours, tes petits-enfants demandent des nouvelles de leur grand-père.

Ibrahim, où est ton Frère ?

Ibrahim, nous avons attendu ta visite en tant que Frère, pour nous consoler, nous soutenir, nous rassurer mais hélas, nous sommes restés orphelin(e)s de Grand Frère.

Un coup de fils aurait suivi pour nous rassurer, mais là aussi hélas.

Pourtant tu es présent ici, mais tu es resté bien invisible.

Ibrahim, pourtant je compte sur toi pour la libération de ton Frère Soumaïla, pour qu’il vienne continuer le mois de carême chez lui.

Pour qu’enfin tes sœurs, ta belle-sœur, tes neveux et tes petits enfants puissent dormir.

Ibrahim, où est Soumaïla ?

Ibrahim, essuie les larmes de tes sœurs en ramenant ton Frère à la maison sain et sauf.

Nous comptons sur toi et sur toute ton équipe pour diligenter une fin heureuse à cette situation pénible pour tout le monde.

Nous comptons sur toi.

Fraternellement !

Djouldé Cissé (Petite soeur de Soumaïla Cissé)

W.T. pour niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*