George Floyd : des personnalités africaines initient une pétition contre le racisme

Intellectuels, écrivains, musiciens, journalistes, hommes d’affaires, sportifs, acteurs de la société civile, le chapelet des signatures soutenant la pétition « Afrique: Nous Ne Pouvons Pas Rester Silencieux! » ressemble à s’y méprendre au Gotha des enfants d’Afrique.

Tous ont tenu à apporter leur soutien et leur solidarité à la communauté afro-américaine après le décès tragique de George Floyd, un homme noir non armé, mort lors de son arrestation le 25 mai par quatre policiers.

L’un d’entre eux, Derek Chauvin, a été filmé agenouillé sur le cou de George Floyd, pendant près de 9 minutes bien qu’il ait dit à plusieurs reprises qu’il ne pouvait pas respirer puis perdant totalement connaissance. Derek Chauvin a été inculpé de meurtre au second degré. Son procès s’est ouvert hier.

Trois autres officiers présents sur les lieux ont été accusés de complicité de meurtre. Les quatre officiers risquent une peine de prison maximale de 40 ans.

L’incident a provoqué une vague de protestation inédite sur toute l’étendue du territoire américain et dans toutes les communautés, bien au delà de la base du mouvement Black lives matter. Une indignation partagée au-delà des Etats-Unis avec également des manifestations organisées un peu partout dans le monde.

Après les anciens chefs d’Etat africains, les personnalités signataires de la pétition ont voulu tendre la main vers la communauté afro-américaine et condamner la mort de George Floyd. Mais surtout appeler à un partenariat entre la nouvelle Afrique qui émerge selon eux et ses enfants de la diaspora arrachés au continent par l’histoire de la traite négrière.

En 2003 déjà, à l’issue d’un Sommet de l’Union Africaine, les chefs d’Etats du continent avaient fait de la diaspora africaine la sixième région d’Afrique au même titre que l’Afrique de l’Ouest ou l’Afrique australe. Mais la diaspora n’a jamais pu jusqu’à présent occuper effectivement sa place au sein des institutions de l’organisation panafricaine.

Convoquant à la fois le passé et l’avenir les signataires de la pétition appellent à « construire enfin une Nation Africaine globale » et à « revisiter ensemble – avec courage et honnêteté – notre histoire partagée » avec les africains-américains.

Sources:

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*