Forum Interparlementaires des TIC de la CEDEAO : la cybercriminalité au menu de la 2ème Edition à Niamey

Niamey abrite depuis le jeudi 5 novembre 2020, la 2ème Edition du Forum Interparlementaires des Technologies de l’Information et de la Communication de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (FITIC-CEDEAO). L’ouverture de cette 2ème Edition a eu lieu ce vendredi 06 Novembre 2020, sous le parrainage du Président de l’Assemblée Nationale du Niger, M. Ousseini Tinni, et DE M. Sidie Mohamet Tunis, le Président du Parlement de la CEDEAO.

En effet, les activités entrant dans le cadre de son organisation ont débuté le jeudi 5 novembre 2020 avec un panel sur « les enjeux économiques et financiers de la cybercriminalité ».  Cette 2ème Edition du FITIC placée sous le thème « Rôle du parlementaire dans la lutte contre la cybercriminalité dans l’espace CEDEAO », sera l’occasion pour les participants de débattre de plusieurs thématiques en rapport avec les différents enjeux (juridiques, économiques, socio-culturels, politiques, de coopération, de protection, etc…) liés à la cybercriminalité.

Pour la première journée, il a été prévu une série de séances animées par des experts en la matière. Elles porteront, entre autres, sur « les enjeux économiques et financiers de la cybercriminalité » ; « les enjeux du Cyber-terrorisme » ; « les enjeux juridiques de la cybercriminalité » et enfin « les enjeux de la coopération en matière de cybercriminalité ».

Selon, la Coordinatrice du Développement des Normes à l’Union Africaine des Télécommunications (UAT), basée au Kenya, Mme Meriem Slimani : « le continent africain enregistre environ 650 millions d’abonnés aux téléphonies mobiles dont 30% utilisent l’internet. » Elle a ainsi fait remarquer que dans les années à venir, l’économie de la Région Afrique connaitra une progression remarquable et les secteurs concernés seront, entre autres, la finance, la santé et la gouvernance.

Concernant le nombre des attaques par cybercriminalité, Mme Meriem Slimani a pris l’exemple de l’Afrique du Sud qui subit près de 20.000 attaques par jour. Quant aux pertes économiques que les attaques cybercriminelles engendrent aux différents pays. Elle a annoncé que le Nigeria subit une perte de 500 millions de dollars par an.

Enfin, le paneliste a aussi fait cas des différents types de cybercriminalités couramment rencontrés à savoir le Malware ou logiciel malveillant ; le rançonnage, ainsi que les différents piratages. Elle a aussi donné des pistes de réflexions sur les moyens devant permettre de venir à bout de ce fléau dont l’Afrique constitue une potentielle proie au regard du nombre important des utilisateurs d’internet. Notons que cette 2ème édition prendra fin le samedi 7 novembre 2020.  

                               Hamadou Moussa Fatahou pour Niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*