Fonds Mondial : le Niger aux avant-postes à Lyon pour intensifier la lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose se réunit à Lyon (France) les 9 et 10 octobre 2019 pour sa 6ème Conférence de Reconstitution. Objectif, collecter 14 milliards d’euros pour continuer sa lutte contre ces 3 maladies. Le Niger prendra une part active à ces assises avec la présence d’une délégation conduite par le Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou.

Le Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose réunit tous les trois ans les décideurs (Chefs d’Etat, Prix Nobel et donateurs privés) et acteurs principaux de la riposte contre ces maladies pour une levée de fonds. Cette année 2019, c’est à Lyon que le rendez-vous est pris du 09 au 10 octobre pour la 6ème Conférence de Reconstitution des Fonds.  Aujourd’hui, près de 36 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde. Le nombre de décès et de nouveaux cas dans le monde est en baisse grâce aux avancées de la recherche et aux politiques de prévention mises en œuvre mais aucun remède n’a encore été trouvé. Il s’agit donc d’intensifier la lutte en mobilisant plus de moyens financiers notamment. L’objectif à atteindre à Lyon est de 14 milliards d’euros qui permettront : de réduire de moitié le taux de mortalité due à ces trois épidémies ; d’empêcher 234 millions d’infections durant les trois prochaines années et de sauver 16 millions de vies.

S’agissant du Niger, selon le rapport annuel 2018 de l’OMS, si le taux de prévalence au VIH/Sida est très faible, il n’en ressort pas moins que plus de 90% de la population ne connait pas son statut sérologique et que seulement 55% des personnes vivant avec les VIH ont accès aux ARV. En outre, le rapport mondial 2018 sur le paludisme classe le Niger parmi les 11 Pays qui enregistrent à eux seuls 70% des cas et décès dus au paludisme au niveau Mondial. Le paludisme demeure par conséquent un problème de santé publique dans le pays. Selon la revue annuelle 2018 du MSP, 2.825.329 cas confirmés et 4.106 décès dus au paludisme ont été enregistrés dans les formations sanitaires du Pays. Pour ne rien arranger, le Niger se classe parmi les pays à haute endémicité tuberculeuse, avec un taux d’incidence estimé à 90 nouveaux cas pour 100.000 habitants, soit 18.000 cas attendus par an.

On s’explique donc, la présence du président nigérien, Issoufou Mahamadou, à cette importante assisse dédiée à la mobilisation des ressources pour la lutte contre ces maladies. La délégation qui l’accompagne est composée de la Première Dame, Lalla Malika Issoufou dont la Fondation Tattali Iyali œuvre dans le domaine de la santé, du Ministre Directeur de cabinet du Président de la République, M. Mahamadou Ouhoumoudou et du Ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Mainassara.   

Waliyullah Tajudeen pour Niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*