Festival BEFA édition 2019 : à la découverte du trésor culturel du Manga

Nombreux sont ceux qui ont effectué ce jeudi 07 novembre, le déplacement en direction du musée national Boubou Hama pour réponde à l’appel de l’ONG Al Adun Gargajiya, principal initiatrice du festival national BEFA qui en est à sa deuxième édition.

Ayant en sa tête la jeune Aminata Salifou MODY, ambassadrice du patrimoine culturel nigérien et promotrice dudit festival, l’ONG Al Adun Gargajiya s’est donnée comme credo la promotion et surtout la valorisation de la culture nigérienne.

Cette cérémonie marquant l’ouverture du projet BEFA était une occasion pour les nigériens de faire une immersion dans la culture du Manga, de découvrir ses subtilités et partager avec l’ensemble des participants étrangers le secret d’une culture riche et variée, et paradoxalement méconnu du grand public.

Une ingéniosité de la jeune promotrice porteuse de cet évènement, qui a cru au projet, en surmontant tous les obstacles, la distance, les difficultés liées aux frais d’organisation et l’insécurité pour faire de cet évènement une réussite.

Pour Aminata, cela est une réussite car son festival n’est autre qu’un moyen de rassembler les différentes communautés, un moyen de consolider les liens de fraternité, de paix et la cohésion sociale, elle explique « Le festival BEFA connu sous le nom de Miss Wafa, est un évènement annuel qui se penche surtout sur la culture nigérienne, donc chaque année une région du Niger est choisie, et cette année nous avons choisi la région du manga (Diffa) et la surprise fut que cette année le comité d’organisation du festival a décidé de voir grand en le transformant en festival qui va s’étendre sur trois (3) jours à compter du 07 novembre. Ce serait des journées riches en expositions en conférence et en concours de beauté »

« Ce festival offre pour la jeune génération, surtout qui n’a jamais mis pied dans la région de Diffa de découvrir cette culture, de se découvrir et pouvoir se défendre lorsqu’il s’agit de patrimoine culturel » poursuit-elle face à la presse.

C’était un riche plateau culturel dédié à la restauration de l’image de Diffa, une région de culture par excellence. Une série d’activité et de découverte, le public au fil des expositions photos des sites touristiques de la région, des portraits des chefs traditionnels de la région de Diffa, et des stands. Trois jours durant, le public aura droit à des conférences et panel, des débats culturels et s’en suivra pour tout couronner un concours de beauté.

BEFA a enregistré la présence des autorités, parmi lesquelles on peut citer, l’ambassadeur de l’Allemagne au Niger, le gouverneur de la région de Diffa et la représentante du ministre de la renaissance culturelle Mme Ibrahim Ramatou qui, après avoir affirmé l’engagement de son département ministériel à accompagner ces genres d’initiatives, « ce projet cadre parfaitement avec les actions du gouvernement en matière de culture notamment le programme de valorisation du patrimoine national contenu dans le PDES. En effet conscient du danger qui menace le patrimoine culturel national et plus particulièrement celui des zones menacées par l’insécurité. Mon département ministériel en collaboration avec l’UNESCO a mis en œuvre depuis 2018 le programme de sauvegarde du patrimoine culturelle et matériel du Niger dans un contexte d’urgence et pour la résilience des populations déplacées de Diffa et Tillabéry ».

Almoustapha Danguida pour Niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*