CEDEAO : la crise Bissau-guinéenne au cœur d’un sommet extraordinaire à Niamey

La situation politique qui prévaut en Guinée Bissau depuis quelques jours fait grand bruit dans les sphères politiques continentales. Il s’agit du limogeage et le remplacement par le président guinéen José Mario Vaz, du premier Ministre Aristide Gomes, qui, refuse de céder son poste au nouveau gouvernement. La CEDEAO ne restera pas les bras croisés face à cette situation. C’est pourquoi, les Chef d’Etats et les gouvernements de ladite institution sont réunis ce vendredi 8 novembre 2019 à Niamey pour un sommet extraordinaire sous la présidence de Issoufou Mahamadou, président en exercice de ladite organisation.

Pour plancher sur la situation bissau-guinéenne plusieurs Chefs d’Etat ont fait le déplacement de Niamey ce vendredi. Il s’agit notamment de Macky Sall du Sénégal, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, Nana Akufo-Addo du Ghana, Faure Gnassingbé du Togo, Julius Maada Bio de la Sierra Leone, e Patrice Talon du Bénin, de la Vice-Présidente de Gambie Isatou Touray et du vice-président du Nigeria, Yemi Osinbajo. Tout ce beau avait déjà à travers un communiqué rendu public au lendemain de la nomination de Fausino Imbali, fait valoir sa position.   

« La CEDEAO apporte son soutien plein et entier au Premier Ministre Aristide Gomes, dont le programme du gouvernement vient d’être approuvée par l’Assemblée Nationale Populaire le 15 octobre 2019 dernier confirmant ainsi la confiance et le soutien du Parlement au gouvernement. » a souligné la comission de la CEDEAO.

Outre ce soutien, le comité a aussi souligné le caractère « illégal » du décret démettant le gouvernement dans un contexte de fin de mandat constitutionnel du Président de la République, ceci en violation des décisions prises lors du Sommet d’Abuja qui s’est tenu le 29 juillet 2019. Cette rencontre des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO va permettre la prise en compte des lourdes sanctions sur les gens qui ont été abusivement entrainé dans ce gouvernement.

 En effet, dans son communiqué rendu publique, le comité ministériel a lancé un appel solennel à tous ceux qui ont été abusivement entrainé dans le gouvernement « illégal » de M. Fausino Imbali afin qu’ils démissionnent et les invite à prendre leur distance par rapport à toutes les initiatives visant à compromettre les prochaines élections présidentielles et à porter atteinte aux institutions légales de la Guinée Biseau. Le même communiqué a également attiré l’attention des gens qui seraient tenté ou qui sont dans le mouvement qu’ils disposent de 48H pour faire connaitre leur décision de démission à la représentation de la CEDEO avant l’ouverture de ce sommet extraordinaire qui se tient ce matin à Niamey.

Notons que, outre le plombage du processus électoral, cette crise politique Bissau-guinéenne n’est pas sans impact sur l’économie du pays.

Mina Abda (stagiaire) pour Niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*