Afrique/ Art contemporain: une vente aux enchères pour appuyer les artistes du continent

Plus d’une trentaine d’artistes du continent Africain offrent 73 œuvres dans une vente aux enchères. Cette activité vise à soutenir les artistes contemporains africains en ces temps de pandémie de la Covid-19. Cette vente aux enchères se déroulera du 28 octobre au 5 novembre sur le site Internet de la maison Drouot.

Initié par la Fondation pour le développement de la culture contemporaine africaine (FDCCA) et l’African l’African Culture Fund (ACF), le projet « Africa Unite Against Covid-19 » a pour objectif de « valoriser les œuvres auprès d’un public africain ». Il vise également à stimuler le marché de l’art sur le continent. Les maisons Cornette de Saint Cyr et La Marocaine des arts organisent gratuitement cette vente.

Les œuvres exposées ont été données par leurs auteurs à titre gracieux. Ces œuvres, au nombre de 73, sont cédées par des artistes plasticiens internationalement reconnus, tels que Abdoulaye Konaté (Mali), Soly Cissé (Sénégal), Mohamed Melehi (Maroc) ou William Kentridge (Sud-Afrique)

Selon le secrétaire général de la FDCCA, Fihr Kettani, la fermeture des frontières et les interdictions de rassemblements événementiels ont « contribué à empêcher la mobilité des artistes, la circulation des biens culturels, ainsi que les possibilités de leur diffusion. Après un moment de désarroi et de sidération, différentes propositions et initiatives ont émergé. La résilience et la résistance ont toujours été au cœur de la culture et de l’histoire africaine. Si l’issue de notre combat mondial contre cette pandémie est encore incertaine, réfléchir à l’après, ou même au “comment vivre avec” est une obligation ». Le secrétaire général de la FDCCA souligne aussi que, « la mission de la Fondation est de rendre la culture contemporaine africaine audible ! D’abord prioritairement en Afrique et pour les Africains, mais aussi au-delà. Cette vente tend également à conforter, dans un moment de crise inédit, que la solidarité existe et fonctionne dans un cercle vertueux qui sait partager et échanger les ressources pour qu’elles bénéficient au plus grand nombre ».

Enfin, d’après Fihr Kettani, il s’agit aussi de « stimuler les échanges intergénérationnels entre les artistes confirmés et les artistes émergents par un partage des connaissances et des expériences, et participer à dynamiser un marché artistique intra-africain en connectant les artistes, les galeries et les collectionneurs ».

Fatouma Akiné pour Niameyinfo

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*