Acquisition de drones : les nouvelles technologies au service de l’agriculture nigérienne

L’évolution des inventions technologiques n’a pas épargné le secteur agricole. Dans de nombreux pays occidentaux et même en Afrique, l’utilisation de drones est devenue monnaie courante pour impacter la productivité. Le Niger ne veut pas être du reste. C’est dans ce contexte que le ministère de l’agriculture et de l’élevage, projette d’acquérir cinq de ces appareils innovants et a lancé à cet effet un appel public à candidature.

Secteur le plus important de l’économie au Niger, l’agriculture représente plus de 40% du PIB et emploie plus de 80% de la population active. Pourtant ces dernières années, les aléas climatiques (sécheresses, inondations) ou encore les invasions de criquets et autres attaques parasitaires, ont eu des conséquences désastreuses sur les performances du secteur et par-delà, sur l’économie du pays. Si de nombreuses pistes sont étudiées pour pallier à ces contraintes, l’une d’elles pourraient être l’usage des nouvelles technologies au rang desquelles les drones.   

Le Ministère nigérien de l’Agriculture et de l’élevage envisage de se procurer cinq drones, et on peut aisément deviner à quel usage, ils seront destinés. En effet, ces appareils optimisent le rendement des terres agricoles grâce à leurs multiples fonctionnalités. Munis de capteurs, les drones fournissent des données précises qui permettent d’obtenir, une cartographie du domaine cultivé. Cette dernière pourra permettre de localiser avec exactitude les zones d’intervention urgente pour éradiquer une maladie parasitaire. Les capteurs des drones sont par exemple en perpétuelle amélioration pour aider l’agriculteur dans le suivi de ses semences et de sa production. Ils permettent aussi d’affiner le calcul des doses d’engrais…etc.

Des fonctionnalités qui seront à coup sûr d’une aide précieuse pour le Ministère nigérien de l’Agriculture et de l’élevage. Celui-ci pourra ainsi mieux élaborer et orienter ses politiques d’accompagnement aux agriculteurs locaux.

Waliyullah Tajudeen pour Niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*