Le Congrès enterre le « mur » de Donald Trump à la frontière avec le Mexique

Le compromis budgétaire auquel sont parvenus les démocrates et les républicains ne prévoit que 1,3 milliard de dollars pour sécuriser la frontière, loin des 5,7 milliards exigés par le président.

Donald Trump s’est dit « très mécontent », mardi 12 février, du compromis auquel sont parvenus des élus démocrates et républicains pour renforcer la protection de la frontière avec le Mexique. Et pour cause. Finalisé lundi, le projet de budget du ministère concerné, le département de la sécurité intérieure, ne comprend que 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) au lieu des 5,7 milliards de dollars exigés pour le « mur » promis par le président des Etats-Unis. Il ne permettra en fait de construire que 55 miles (88 kilomètres) de barrières supplémentaires qui s’ajouteront à celles déjà installées en Californie, en Arizona, et dans certaines parties du Texas.

Donald Trump avait refusé un premier projet, en décembre 2018, qui prévoyait 65 miles (110 kilomètres) de clôture. Cette décision avait précipité un gel (shutdown) partiel du gouvernement fédéral qui s’était éternisé pendant trente-cinq jours, érodant son taux d’approbation. Il y a un an, il avait déjà repoussé une offre démocrate de 25 milliards de dollars en échange de la régularisation de sans-papiers arrivés enfants aux Etats-Unis.

Les négociateurs du Congrès, choisis dans les deux camps pour leur pragmatisme, avaient jusqu’au 15 février pour éviter une impasse. Donald Trump ne s’était pas montré très encourageant en qualifiant leurs efforts de « perte de temps ».

Le souci d’éviter un nouveau shutdown l’a emporté, et le président a écarté, mardi, l’option consistant à refuser de signer le compromis, une fois adopté par le Congrès. Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, ne lui a pas laissé le choix. « Il n’y a pas tout ce que le président espérait obtenir, mais c’est un pas dans la bonne direction. J’espère qu’il décidera de le promulguer », a dit le sénateur du Kentucky, manifestement pressé d’en finir.

Sources:

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*