Attaque de Tongo Tongo : le coupable, c’est le Groupe Etat Islamique dans le Grand Sahara

A travers son agence de presse Amaq, le Groupe Etat Islamique dans le Grand Sahara (EIGS) a revendiqué jeudi, l’assaut meurtrier sur des militaires nigériens en patrouille à Tongo Tongo (Tillabéri) près de la frontière malienne.  

Les familles endeuillées et meurtries peuvent désormais poser un nom sur les auteurs des attaques, qui ces derniers jours, ont vu au moins 29 soldats des Forces Armées Nigériennes (FAN) tomber sur le champ de bataille. Le Groupe Etat Islamique dans le Grand Sahara (EIGS) s’est targué d’avoir mené mardi l’embuscade de Tongo Tongo.

Avec forts détails, le groupe dirigé par Adnan Abu Walid al-Sahraoui, un ancien du MUJAO et d’Aqmi, qui depuis 2015, combat sous la bannière de l’Etat Islamique (EI), indique avoir fait quarante (40) victimes, mais aussi emporté des matériels roulants et des armements appartenant aux FDS.

Le communiqué de l’Amag revendique également les attaques, le lundi 13 mai de la Prison de Haute sécurité de Koutakalé sanctionné par la mort d’un soldat, de l’Eglise de Dolbei et de la localité de Mangaizé. C’est d’ailleurs en allant à leur poursuite que la patrouille nigérienne a été prise en étau à Tongo Tongo.

L’EIGS s’était déjà illustré en octobre 2017 en menant une attaque toujours dans la même zone qui avait conduit à la mort de 5 soldats et de quatre soldats américains.

« Les forces du mal seront vaincues »

Les autorités nigériennes notamment le Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou, qui le jeudi s’est rendu au chevet des huit (8) soldats blessés dans l’attaque ont réaffirmé leur détermination à combattre ces « forces du mal ».  Le Chef Suprême des Armées nigériennes, n’a aucun doute que ces terroristes « seront vaincus dans le bassin du Lac Tchad et le Sahel ».  Issoufou Mahamadou n’a pas manqué de présenter ses condoléances aux familles des victimes et souhaité un prompt rétablissement aux blessés.   

Salves de critiques sur l’impuissance des autorités

Ces dernières 48 heures, le Chef de l’Etat et son gouvernement font face à une salve de critiques suite à leur gestion des questions sécuritaires. Sur les réseaux sociaux notamment, cette énième attaque suscite colère et incompréhension. Des citoyens lambda mais aussi les proches des victimes, déplorent l’inefficacité du pays à faire face à ces récurrentes attaques meurtrières. Dans une émouvante lettre, la sœur de l’un des militaires tombés à Tongo Tongo, a fustigé le manque de communication des autorités suite au drame et la mise en terre en catimini des victimes et ainsi l’impossibilité pour les parents de faire leurs adieux. Une situation que le Ministre de la défense, Kalla Moutari   a mis sur le compte de la « forte chaleur et la difficulté d’accès à la zone de l’attaque ».

Waliyullah Tajudeen pour Niameyinfo.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*